International
URL courte
Par
143253
S'abonner

Ne considérant plus le Mouvement islamique du Turkestan oriental (Etim) comme une «organisation terroriste», Washington a retiré ce groupe musulman chinois de sa liste où il avait été ajouté en 2004. En réaction, Pékin a fait part de son «fort mécontentement» et de sa «ferme opposition à la décision américaine».

Les États-Unis ont annoncé le 6 novembre avoir retiré de leur liste noire des organisations terroristes un groupe musulman chinois.

Dans un avis publié dans l'équivalent américain du Journal officiel, le chef de la diplomatie Mike Pompeo annonce que les États-Unis ne considèrent plus le Mouvement islamique du Turkestan oriental (Etim) comme une «organisation terroriste».

«Etim a été retiré de la liste parce que cela fait plus de dix ans qu'il n'y a pas de preuve crédible qu'il existe encore», a indiqué un porte-parole du département d'État.

L'administration du Président George W. Bush avait ajouté ce groupe à sa liste noire en 2004, à une époque où elle tentait d'associer la Chine à sa «guerre contre le terrorisme».

Pékin s’indigne

En réaction, Pékin a fait part dès vendredi de son «fort mécontentement» et de sa «ferme opposition à la décision américaine», appelant Washington à cesser «son rétropédalage en matière de coopération internationale antiterroriste», par la voix d'un porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

Pékin accuse régulièrement le mouvement Etim d'attentats dans la région autonome du Xinjiang, peuplée à majorité de Ouïghours, une ethnie musulmane dont la langue est apparentée au turc.

Selon des experts, la Chine n'a jamais prouvé que le mouvement Etim était un groupe organisé ni qu'il était responsable des attentats commis dans cette région que les séparatistes appellent Turkestan oriental.

Lire aussi:

«Vous allez voir en 2021, l’islam, on va tous vous tuer»: le passager ivre d’un tram interpellé à Montpellier
Migrants délogés: Rémy Buisine «pris à la gorge» par un policier, Darmanin évoque des «images choquantes» – vidéos
Un destroyer américain viole la frontière russe près de Vladivostok
Coups de feu lors d’une course-poursuite à Paris: trois personnes arrêtées
Tags:
Washington, Pékin, terrorisme, Chine, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook