International
URL courte
Par
9518
S'abonner

Lors d’une rencontre en ligne avec des stagiaires allemands, Angela Merkel a qualifié l’épidémie de coronavirus de «très extraordinaire» d’une envergure pareille à celle de la grippe espagnole de 1918-1919.

Lors d’une discussion en ligne avec de jeunes stagiaires, Angela Merkel a demandé davantage d'efforts pour numériser les écoles en raison de la pandémie de coronavirus. Ces conversations ont été diffusées en direct sur le site du gouvernement allemand.

Selon la chancelière allemande, les jeunes d’aujourd’hui sont une «génération du coronavirus»:

«La génération corona vit quelque chose de très extraordinaire, quelque chose qui ne s’est pas produit depuis la grippe espagnole de 1918», a estimé la dirigeante.

Et de poursuivre:

«Les vaccins ou médicaments tels qu'ils sont actuellement en cours de développement n’existaient pas à l’époque. La médecine était beaucoup moins développée, nous sommes déjà mieux équipés aujourd’hui», a continué Mme Merkel avant de conclure: «Mais une pandémie reste une pandémie».

Le coronavirus en Allemagne

Près de 22.000 nouveaux cas ont été officiellement recensés dans les dernières 24 heures en Allemagne, ce qui relève d’une situation «très grave», selon le directeur de l'institut Robert Koch. Cependant, l’institution estime que le pays connaît de «premiers signes» d'amélioration de la courbe des infections au Covid-19.

Alors que la fermeture des bars et restaurants, le port du masque obligatoire ou encore les strictes limitations des réunions privées sont en vigueur en Allemagne, le gouvernement envisage de se réunir lundi prochain pour décider d’éventuelles nouvelles mesures.

Lire aussi:

L'armée américaine se préparerait à frapper l'Iran, selon un spécialiste israélien
Trump va-t-il bombarder l’Iran pour éviter un nouvel accord nucléaire avec Biden?
Le ministre marocain de la Santé explique que l’hydroxychloroquine est la cible de l’industrie pharmaceutique - exclusif
Tags:
Covid-19, Allemagne, Angela Merkel
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook