International
URL courte
Par
8323
S'abonner

Voulant attirer des personnes qualifiées dans le pays, les Émirats arabes unis annoncent qu’ils vont octroyer des visas d’une durée de 10 ans pour tous les titulaires d’un doctorat, les spécialistes en informatique et d’autres domaines techniques, ainsi que pour les épidémiologistes et les virologues.

Les autorités émiraties ont pris la décision d’élargir la liste des spécialistes qui peuvent avoir un visa qui leur donne le droit de séjourner dans le pays 10 ans, a indiqué sur Twitter Mohammed ben Rachid Al Maktoum, Premier ministre des Émirats arabes unis.

Le cheikh a notamment écrit que de tels visas seront accordés à tous les titulaires d’un doctorat ainsi qu’aux meilleurs diplômés des universités accréditées aux Émirats avec une moyenne cumulative de 3,8 et plus.

«Nous sommes désireux d'accueillir les talents qui stimulent le développement futur et ce n'est que le commencement», a précisé le cheikh.

​Les ingénieurs dans les domaines de l'informatique, de l'électronique, de la programmation, de l'électricité et de la biotechnologie bénéficieront également de cette possibilité.

Finalement, le droit de vivre 10 ans dans le pays concernera les virologues, les épidémiologistes ainsi que les spécialistes dans le domaine de l’intelligence artificielle et du big data.

En mars 2019, le Cabinet des ministres des Émirats arabes unis avait pour la première fois autorisé la délivrance de visas de résident de cinq et 10 ans à certaines catégories de citoyens étrangers. Auparavant, la durée maximale des visas de résidence pour les étrangers était de trois ans.

Lire aussi:

«Vous allez voir en 2021, l’islam, on va tous vous tuer»: le passager ivre d’un tram interpellé à Montpellier
Un destroyer américain viole la frontière russe près de Vladivostok
Migrants délogés: Rémy Buisine «pris à la gorge» par un policier, Darmanin évoque des «images choquantes» – vidéos
Tags:
visas, professionnalisme, Covid-19, Mohammed ben Rachid Al Maktoum, Émirats Arabes Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook