International
URL courte
Par
Haut-Karabakh: un accord de paix signé sous l’égide de Moscou (43)
101527
S'abonner

Vladimir Poutine a expliqué, dans une interview télévisée, comment les dirigeants arménien, azerbaïdjanais et lui-même avaient préparé la déclaration mettant fin à la guerre au Haut-Karabakh et pourquoi la France et les États-Unis n’avaient pas participé aux discussions éclair.

La nouvelle guerre du Haut-Karabakh n’aurait pas éclaté en septembre si les propositions russes concernant le règlement du conflit avaient été acceptées en 2013, a déclaré ce mardi 17 novembre le Président Vladimir Poutine dans une interview diffusée par la chaîne de télévision Rossiya 24.

«En 2013, la Russie a formulé des modalités [du règlement du conflit, ndlr] au sein du Groupe de Minsk de l’OSCE, et les autres membres du groupe, y compris les coprésidents, la Russie, la France et les États-Unis, les ont soutenues […]. Elles auraient permis de régler le problème. À mon avis, si nous étions parvenus à des ententes, il n’y aurait pas eu de guerre. J’en suis absolument sûr», a indiqué M.Poutine.

Il a rappelé que Moscou avait notamment proposé de rendre cinq districts contrôlés par l’Arménie, ainsi que deux autres districts à l’Azerbaïdjan, de créer un couloir reliant le Haut-Karabakh et l’Arménie, de reconnaître le statu quo au Haut-Karabakh sans fixer son statut définitif, ainsi que d’assurer le retour des réfugiés.

Résultat principal de l’accord du 9 novembre

La guerre du Haut-Karabakh a fait au moins 4.000 morts et des dizaines de milliers de blessés et l’essentiel était d’arrêter les hostilités, a estimé le Président.

«Plus de 4.000 personnes ont été tuées, rien que selon le bilan officiel, mais je pense que ce chiffre est plus important. Des dizaines de milliers de personnes ont été blessées, handicapées. Écoutez, ce n’est pas du cinéma, c’est une tragédie réelle qui touche des personnes et des familles concrètes. L’arrêt des hostilités est le résultat principal», a-t-il déclaré.

Le chef d’État russe a souligné l’importance de la fin des combats au Haut-Karabakh.

«L’essentiel est qu’on a réussi à mettre fin à l’effusion de sang», a insisté M.Poutine.

Quel est le statut du Haut-Karabakh?

Le statut définitif du Haut-Karabakh n’a pas encore été déterminé et cela reste un problème, selon M.Poutine.

«Oui, il y a ce problème. Le statut définitif du Haut-Karabakh n’est pas réglé, nous nous sommes mis d’accord de préserver le statu quo actuel […]. Il reste encore à décider comment procéder plus tard, ce sera la mission des futurs dirigeants, des futurs participants à ce processus. Mais, à mon avis, s’il y a des conditions pour une vie normale, pour le rétablissement des relations entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan, entre les gens au quotidien, en particulier dans la zone de conflit, cela créera les conditions pour déterminer le statut du Haut-Karabakh», a noté le Président.

Poutine comme médiateur

M.Poutine a annoncé avoir joué le rôle de médiateur dans le règlement de la situation: il a eu des entretiens séparés avec le Premier ministre arménien Nikol Pachinian et le Président azerbaïdjanais Ilham Aliev.

«C'était un processus difficile, je dirais, énergivore, pour tout le monde […]. En fait j'ai dû assumer le rôle de médiateur: j'ai parlé avec l’un et l’autre dirigeants, écouté leurs demandes et revendications, apporté des modifications au texte, contacté une partie pour écouter ses souhaits et exigences, puis consulté l’autre partie sur l'acceptabilité de ces dispositions pour les autres partenaires. En fait, c’était un travail tripartite égal à égal», a expliqué M.Poutine.

L’accord aurait pu être conclu à la mi-octobre

Le Président a révélé que les 19 et 20 octobre, Moscou, Bakou et Erevan s’étaient presque mis d’accord de mettre fin aux combats, mais cela n'a pas marché:

«J'ai déjà dit que les 19 et 20 octobre, j'ai eu une série de conversations téléphoniques avec le Président Aliev et le Premier ministre Pachinian. Et il me semblait que nous étions presque parvenus à une entente sur la cessation des hostilités. Mais malheureusement, cela n'a pas fonctionné».

Une entente formulée en un jour à la suite d’âpres discussions

Les discussions arméno-azerbaïdjanaises visant à mettre fin aux opérations militaires au Haut-Karabakh n’ont pas été longues, mais acharnées.

«Les deux parties ont lutté pour chaque phrase, pour chaque point, je dirais pour chaque virgule», a indiqué le Président russe.

Pourquoi la France et les USA n’ont pas participé aux discussions?

Selon M.Poutine, le 9 novembre, la situation était critique dans la région, «chaque heure comptait» et il était donc impossible d’organiser des consultations supplémentaires au niveau du Groupe de Minsk de l’OSCE.

«Dans ce contexte, […] il était dans l'intérêt de l’Arménie d'arrêter immédiatement les hostilités. Comment pouvait-on tenir des consultations supplémentaires dans le cadre du Groupe de Minsk de l'OSCE? Eh bien, c’était irréaliste, il fallait tenir compte de la situation qui s’était créée sur le champ de bataille. Nous l'avons fait dans l'intérêt des peuples azerbaïdjanais et arménien», a-t-il déclaré.

À son avis, il serait illogique si la France et les États-Unis, les deux autres coprésidents du Groupe de Minsk, étaient offensés que les accords de cessation des hostilités aient été conclus sans eux. En plus, Paris et Washington ont joué un rôle important dans ce processus de paix.

«Je ne sais rien à propos des griefs. Quand les problèmes sont réglés dans un tel contexte, quand il s'agit de la vie, de la santé, du sort de millions de personnes, il n'y a pas de temps pour faire la moue, ici on prend en compte des catégories complètement différentes», a estimé M.Poutine.

Déclaration de paix du 9 novembre

Le 9 novembre, les Présidents russe et azerbaïdjanais, Vladimir Poutine et Ilham Aliev, et le Premier ministre arménien Nikol Pachinian ont signé une déclaration conjointe sur la cessation complète des hostilités au Haut-Karabakh.

Selon ce document, plusieurs régions du Haut-Karabakh passent sous le contrôle de l'Azerbaïdjan, Erevan et Bakou échangent des prisonniers, la Russie déploie un contingent de paix le long de la ligne de contact et dans le couloir de Latchine reliant le Haut-Karabakh à l'Arménie.

Dossier:
Haut-Karabakh: un accord de paix signé sous l’égide de Moscou (43)

Lire aussi:

L’humoriste de France Inter Guillaume Meurice s’en prend aux commerçants frappés par le confinement
Traversée de l’Algérie avec un âne: le challenge qui passe mal sur les réseaux sociaux
Une «violente altercation» éclate entre deux avocats lors du procès Sarkozy, l’audience suspendue
Des outils d’espionnage télécoms israéliens ont été détectés dans ces quatre pays européens
Tags:
Groupe de Minsk de l'OSCE, États-Unis, France, Azerbaïdjan, Arménie, Vladimir Poutine, Haut-Karabakh
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook