International
URL courte
Par
8329
S'abonner

Les États-Unis ont affecté un nouvel ambassadeur au Venezuela, James Story, qui devient le premier diplomate américain à représenter Washington dans ce pays frappé de sanctions US.

Le diplomate en poste à Bogota, James Story, a été désigné ambassadeur des États-Unis au Venezuela, ont annoncé sur Twitter ce jeudi 19 novembre les représentants des Républicains au Sénat américain.

​«Confirmé par vote vocal: […] James Broward Story, membre de carrière du Service extérieur principal des États-Unis, classe de conseiller, sera ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire des États-Unis d'Amérique auprès de la République bolivarienne du Venezuela», détaille le message.

Ancien chargé d’affaires au Venezuela, Story a des relations complexes avec Caracas

M.Story avait précédemment été chargé d'affaires à l'ambassade des États-Unis à Caracas, fermée en janvier 2019 en raison des relations conflictuelles entre le Venezuela de Nicolas Maduro et l'administration de Donald Trump.

Le diplomate a depuis travaillé au Bureau des affaires vénézuéliennes, créé en août 2019 au sein de l'ambassade des États-Unis à Bogota.

En décembre 2019, le Président Maduro a accusé M.Story d’avoir participé à un complot déjoué, qui prévoyait, selon M.Maduro, des attaques contre deux casernes de l'armée vénézuélienne. En septembre, M.Story a qualifié de «fictives» les législatives vénézuéliennes prévues pour le 6 décembre avant d’affirmer que ces élections n’auraient aucune validité puisque les États-Unis ne les approuvaient pas, selon les médias vénézuéliens.

Aucun ambassadeur US à Caracas depuis 2010

Les États-Unis n’avaient pas désigné d’ambassadeurs à Caracas depuis 2010.

En décembre 2010, le dirigeant vénézuélien de l’époque, Hugo Chavez, a refusé d’accepter le candidat de Barack Obama, Larry Palmer, comme ambassadeur à Caracas, suite à ses propos concernant l’armée et le gouvernement vénézuéliens. M.Chavez a estimé que Larry Palmer avait enfreint «toutes les règles de la diplomatie» en accusant Caracas de soutenir les militants de gauche des FARC en Colombie.

En réponse, Washington a révoqué le visa de Bernardo Alvarez Herrera, représentant du Venezuela aux États-Unis.

Les relations diplomatiques entre les deux pays se sont encore détériorées en 2018, après la décision du Président Nicolas Maduro d’expulser Todd Robinson, le chef de la mission américaine à Caracas, qu’il a accusé de préparer un «complot militaire, économique et politique» contre lui.

Washington s’est ouvertement opposé à la présidence de M.Maduro. Il a soutenu Juan Guaido élu Président par intérim par le parlement contrôlé par l'opposition, avant d’imposer des sanctions contre le Venezuela.

Lire aussi:

Les bars ne rouvriront pas avant le 1er février, selon Europe 1
Des lance-roquettes multiples US déployés en Roumanie: «un message» pour la Russie, selon Forbes
L'ancien international de rugby Christophe Dominici retrouvé mort dans les Hauts-de-Seine
Tags:
États-Unis, Venezuela
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook