International
URL courte
Par
9550
S'abonner

La mise en place d'un front commun contre l'Iran a été au centre d'une réunion entre le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou et le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, selon le journal israélien Israel Hayom.

 La principale question abordée par le Premier ministre Benyamin Netanyahou et le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane lors de leur réunion de dimanche a été la création d'un front commun contre l'Iran et l'administration de Joe Biden, rapporte le quotidien Israel Hayom qui se réfère à des responsables saoudiens.

Selon de hauts responsables impliqués dans les pourparlers, les Saoudiens sont en effet certains que Joe Biden et son administration ont déjà élaboré un plan pour un nouvel accord sur le nucléaire iranien. 

Ils ont affirmé que Riyad, qui souhaite minimiser les conséquences d'un tel accord, considérerait Israël comme un allié clé sur cette question.

Les informations sur un déplacement dimanche 22 novembre du Premier ministre israélien à Neom, ville saoudienne au bord de la mer Rouge, ont été confirmées par plusieurs médias israéliens, notamment par le site d’information Walla, la radio de l’armée israélienne et la radio Makan.  

Démenti de Riyad

Riyad les a cependant démenties lundi 23 novembre.

«Aucune rencontre» n’a eu lieu, a déclaré via Twitter le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Fayçal ben Farhane.

Accord sur le nucléaire iranien

En 2018, Donald Trump avait unilatéralement retiré son pays du Plan global d'action conjoint sur le nucléaire iranien signé en 2015 à Vienne.

Joe Biden a déclaré qu'il avait l'intention de le rejoindre à nouveau lorsqu'il entrera en fonction.

Lire aussi:

La France constate une forte baisse du nombre de nouveaux cas quotidiens de Covid-19
Troisième dose de vaccin: «Cela fait partie du plan de développement économique et actionnarial des labos»
En Seine-Saint-Denis, ces deux prénoms sont les plus donnés aux bébés depuis 2018
La politique vaccinale en France «fait assez sourire en Belgique», selon un épidémiologiste
Tags:
Benjamin Netanyahou, Mohamed Ben Salmane, Iran
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook