International
URL courte
Par
Haut-Karabakh: un accord de paix signé sous l’égide de Moscou (52)
6618
S'abonner

Alertée par des images de violences infligées à des prisonniers de guerre arméniens par des militaires azéris, Human Rights Watch appelle Bakou à «veiller à ce que ce traitement cesse immédiatement».

L’organisation non gouvernementale Human Rights Watch a dénoncé les mauvais traitements infligés par les forces azerbaïdjanaises aux prisonniers de guerre arméniens après la diffusion de nombreuses scènes de violence sur les réseaux sociaux.

Sur les vidéos en question, des militaires azéris giflent, donnent des coups de pied et poussent des détenus arméniens. Plusieurs captifs sont en plus contraints d’embrasser le drapeau de l’Azerbaïdjan et une représentation de son Président, Ilham Aliev.

«Aucune justification»

L’ONG raconte avoir examiné 14 vidéos et s’être entretenue avec les familles de cinq prisonniers de guerre dont les abus ont été filmés, qui ont reconnu leurs proches.

«Il ne peut y avoir aucune justification pour le traitement violent et humiliant des prisonniers de guerre. Le droit international est absolument clair sur le devoir de les protéger. Les autorités azéries doivent veiller à ce que ce traitement cesse immédiatement», a déclaré le directeur de la division Europe et Asie centrale de HRW, Hugh Williamson, cité par L’Orient-Le Jour.

La partie azerbaïdjanaise n'a pas dans l'immédiat réagi aux accusations de l'ONG. Bien que le nombre de détenus arméniens en Azerbaïdjan reste inconnu, des responsables à Erevan parlent de «dizaines» de prisonniers de guerre capturés lors de la dernière escalade des tensions au Haut-Karabakh.

Dossier:
Haut-Karabakh: un accord de paix signé sous l’égide de Moscou (52)

Lire aussi:

Plusieurs blessés après une fusillade dans l’Arizona
«Une catastrophe»: Michel Cymes sur la suspension des activités physiques des enfants pendant la pandémie
«Fait pour dormir»: voici pourquoi il ne faut pas manger au lit
Tags:
Ilham Aliev, Azerbaïdjan, Arménie, prisonniers de guerre, Human Rights Watch (HRW)
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook