International
URL courte
Par
247
S'abonner

Pour faire avancer l’agenda climatique au Brésil, souvent ignoré par Jair Bolsonaro, Paris devrait orienter sa politique vers la construction de liens avec les acteurs issus de la société brésilienne qui sont déjà dans l'action face au défi climatique, avancent deux chercheurs brésiliens dans une tribune dans Le Monde.

Les chercheurs brésiliens Mathias Alencastro et José Henrique Bortoluci ont publié vendredi 4 décembre une tribune dans Le Monde dans laquelle ils plaident pour une coopération entre la France et la société civile brésilienne pour faire avancer l'agenda climatique.

Alors que les relations tendues depuis 2018 entre le Brésil et la France suite aux incendies en Amazonie et au Pantanal et à l'avancée de la déforestation ont peu de chance de s'améliorer étant donnée la protection accordée à Jair Bolsonaro par Donald Trump, l'arrivée au pouvoir de Joe Biden devrait changer complètement la donne, signalent les auteurs.

«Désormais, Paris peut compter sur un allié à Washington pour faire avancer l’agenda climatique au Brésil.»

Ne pas tomber dans les pièges créés par sa propre position

Ils estiment que pour réussir la France doit cependant éviter de tomber dans les pièges créés par sa propre position ambiguë en Amérique du Sud car elle est à la fois une puissance et un acteur régional qui contrôle une importante partie du territoire amazonien, la Guyane.

«En 2019, le Président Emmanuel Macron a perdu une partie du soutien de l’opinion publique brésilienne quand il a évoqué le sujet d’un statut international de l’Amazonie qui rappelle, pour les Brésiliens, les projets d’internationalisation de l’espace national de la fin du XIXe siècle», expliquent les chercheurs.

Ils proposent une autre approche pour le Brésil actuel qui vit le paradoxe d’avoir au sommet de l’État un des chefs de file du négationnisme climatique et, en même temps, une société civile, un secteur privé et un milieu universitaire conscients de l’urgence.

«C’est peu dire que le Brésil a eu une mauvaise presse ces dernières années, aussi bien à cause des questions climatiques que de sa gestion de la pandémie de Covid-19. Mais sous l’ombre du gouvernement fédéral, des acteurs sociaux et économiques ont lancé nombre d’initiatives montrant ce que pourrait être la vision d’un Brésil vert. Du nord au sud, de São Paulo au Maranhão, les gouvernements d’État ont repris le flambeau de la lutte contre le changement climatique abandonné par le gouvernement fédéral de Bolsonaro.»

Se tourner vers les acteurs sur place

Les chercheurs constatent que l'impact d'une politique environnementale réaliste et sans tabou, passant par un dialogue exigeant avec Brasilia, poursuivie depuis trois ans par Emmanuel Macron, «est souvent mitigé en raison de la posture de Jair Bolsonaro, maître dans l’art de noyer les débats techniques dans des insultes et agressions».

«Au lieu d’assumer le risque de renforcer les factions nationalistes et le projet politique de Bolsonaro, la France doit se tourner vers les acteurs sur place, qui sont déjà dans l’action face au défi climatique.»

Les deux auteurs appellent les puissances européennes à ne pas juger les sociétés civiles des pays du Sud comme mal placées pour faire face à leurs gouvernements respectifs.

«Ce n’est pas le cas au Brésil. Malgré Bolsonaro, nous sommes encore une démocratie vibrante et notre société est préparée pour faire face aux plus grands défis du siècle», concluent les chercheurs.

Lire aussi:

«C'est de la…»: le chef sortant du Pentagone se lâche en parlant du chasseur F-35
François Bayrou amené à se justifier sur une photo de lui sans masque dans un aéroport apparue sur les réseaux
Un ado plongé dans le coma après avoir été tabassé par une bande qu’il assure ne pas connaître à Paris
Tags:
climat, France, Brésil
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook