International
URL courte
Par
273915
S'abonner

Les dirigeants de l'Union européenne réunis en sommet à Bruxelles ont décidé jeudi soir de sanctionner les actions «illégales et agressives» de la Turquie en Méditerranée contre Athènes et Nicosie, a annoncé un porte-parole du Conseil européen.

«Les mesures décidées seront des sanctions individuelles, et des mesures supplémentaires pourront être décidées si la Turquie poursuit ses actions», a expliqué un diplomate européen. Une liste de noms va être établie dans les prochaines semaines et sera soumise à l'approbation des États membres, selon les conclusions adoptées par le Sommet des Vingt-Sept réunis à Bruxelles.

Les dirigeants ont donné un mandat au chef de la diplomatie européenne Josep Borrell pour leur «faire un rapport au plus tard en mars 2021 sur l'évolution de la situation» et de proposer alors, si nécessaire, d'étendre les sanctions à de nouveaux noms ou de nouvelles entreprises, a indiqué le diplomate européen.

«L'idée est de serrer la vis progressivement», a-t-il souligné.

Les contentieux se sont multipliés avec la Turquie, engagée dans des actions provocatrices face à la Grèce et Chypre et engagée militairement dans les conflits en Libye, en Syrie et au Haut-Karabakh.

Membre de l'Otan

Mais la Turquie est membre de l'Otan et Ankara compte beaucoup de soutiens au sein de l'organisation, reconnaissent les diplomates.

Toutes les sensibilités se sont exprimées au cours du sommet. L'absence de consensus a notamment écarté l'adoption de sanctions économiques contre des secteurs d'activité et la demande de la Grèce d'imposer un embargo européen sur les armes à la Turquie.

Les tensions entre Athènes et Ankara se sont intensifiées avec le déploiement en août par la Turquie d'un navire pour procéder à des explorations dans des zones maritimes disputées avec la Grèce et Chypre.

Ankara et Athènes ont accepté en septembre de reprendre les discussions sur leurs revendications maritimes respectives, interrompues depuis quatre ans, mais la Grèce refuse que les pourparlers commencent tant que les navires turcs n'auront pas quitté les zones concernées.

Pour Erdogan, ces sanctions ne sont pas «un grand souci»

Le Président turc a affirmé le 9 décembre que les sanctions contre Ankara pour ses activités controversées en Méditerranée orientale n'étaient pas un grand souci».

«Une quelconque décision de sanctions de l'UE n'est pas un grand souci pour la Turquie», a déclaré M. Erdogan lors d'une conférence de presse à Ankara avant de partir pour une visite officielle en Azerbaïdjan.

«L'UE applique de toute façon depuis toujours des sanctions contre la Turquie. Elle n'a jamais été honnête envers nous, n'a jamais tenu ses promesses», a-t-il ajouté.

Pour lui, certains «leaders honnêtes» au sein de l'UE, qu'il n'a pas nommés, ne voient pas les sanctions d'un bon oeil.

Lire aussi:

Une voiture percute une terrasse à Paris, faisant au moins un mort et plusieurs blessés
Peut-être plus infectieux et plus résistant: qui est ce nouvel inconnu, le variant Lambda?
Pass sanitaire: pour les forains, le gouvernement a donné le «coup de grâce à l’activité économique»
Tags:
sanctions économiques, liste de sanctions, sanctions, Union européenne (UE), Méditerranée, Turquie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook