International
URL courte
Par
0 142
S'abonner

L’ambassade de Chine aux États-Unis accuse des pirates informatiques après qu’un message de Donald Trump dans lequel il évoque la fraude électorale a été retweeté sur son compte officiel.

Piratage ou maladresse? Le compte Twitter de l’ambassade de Chine aux États-Unis a partagé le 9 décembre un tweet de Donald Trump accusant les Démocrates de fraudes lors des élections.

«Si quelqu’un a triché aux élections, ce que les Démocrates l’ont fait, pourquoi les élections ne seraient-elles pas immédiatement annulées? Comment un pays peut-il être géré comme ça?», se demandait-il dans le tweet repris par la diplomatie chinoise.

Le retweet a tout de suite attiré l’attention des internautes. Un journaliste de Reuters a partagé une capture d’écran en qualifiant cela d’«intéressant».

Certains ont spéculé sur le fait que l’ambassade de Chine «trollait» le Président, tandis que d’autres ont suggéré qu’il s’agissait d’un faux compte.

Explications de l’ambassade

Coupant court aux spéculations, la diplomatie chinoise a annoncé que son compte avait été piraté et qu’elle n’avait effectué aucun retweet le 9 décembre.

«Le compte Twitter de l’ambassade de Chine a été piraté cet après-midi et nous condamnons un tel acte», a écrit la mission diplomatique sur Twitter.

L’explication n’a pas été particulièrement bien reçue. De nombreux internautes ont exprimé des doutes à son sujet.

Relations avec la Chine sous Trump

Les relations sino-américaines sont devenues tendues durant le mandat de Donald Trump. Les deux pays se sont affrontés sur de nombreux sujets: commerce, technologie, droits de l’Homme et visas pour les journalistes.

Lire aussi:

L’Institut Pasteur arrête son principal projet de vaccin contre le Covid-19, pas assez efficace
Un élu centriste de Paris explique le lynchage de Yuriy par l’impossibilité d’«aller au sport»
Agression de Yuriy à Paris: sa mère donne de ses nouvelles - photo
Tags:
Twitter, Twitter, Inc, Donald Trump, Chine, diplomatie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook