International
URL courte
Par
Haut-Karabakh: un accord de paix signé sous l’égide de Moscou (53)
1195128
S'abonner

Un homme âgé maintenu contre un arbre puis décapité par un individu vêtu de l’uniforme militaire azerbaïdjanais ; la tête coupée d’un autre posée sur la dépouille d’un animal. Les vidéos de ces atrocités circulent ces derniers temps sur des messageries. Le Guardian rapporte que les victimes ont été identifiées: c’étaient des Arméniens du Karabakh.

Plus d’un mois après la conclusion de l’accord de paix entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, obtenu avec la médiation de la Russie, des vidéos d’assassinats atroces affluent. Notamment celles mettant en scène la décapitation de deux personnes âgées par des individus vêtus de l’uniforme azerbaïdjanais. Or, indique le Guardian, les victimes figurant dans ces séquences ont été identifiées par la population locale. Il s’agit, d’après son enquête, d’hommes qui refusaient de quitter leur maison.

Un octogénaire décapité devant la caméra

Les vidéos les plus atroces et les plus partagées sont en même temps les plus difficiles à confirmer. Une séquence disponible sur Telegram depuis le 7 décembre montre deux individus, portant un uniforme qui correspond à celui de militaires azerbaïdjanais, maintenir un vieil homme contre un arbre. L’un des soldats passe à l’autre une lame, puis suit la scène de décapitation.

Selon le Guardian, trois habitants du village d’Azokh, dans le Karabakh, ont reconnu la victime. Il s’agit de Youri Asrian, 82 ans, qui menait une vie solitaire. Il a refusé de quitter sa demeure le 20 octobre, à l’approche des troupes azerbaïdjanaises.

«Il communiquait peu avec les autres. Il a juste refusé de partir», explique Gueorgi Avesian, qui a occupé pendant longtemps le poste de chef de l’agglomération en question. Il n’exclut pas que le vieil homme pouvait ne pas réaliser complètement ce qu’il se passait.

Son sort était inconnu jusqu’à l’apparition de cette vidéo de 29 secondes.

Araik Azoumanian, l’actuel chef du village, raconte que beaucoup de personnes l’ont contacté pour lui dire que la victime ressemble à Youri Asrian.

Entre autres, la nièce de M.Asrian a confirmé au Guardian que c’est bien lui qui apparaît dans la vidéo.

«C’est comme ça que nous nous vengeons»

Dans d’autres vidéos, mises en ligne le 22 novembre et le 3 décembre, des hommes en uniforme coupent la tête à un individu, puis la posent sur une carcasse d’animal.

«C’est comme ça que nous nous vengeons, en coupant les têtes», clame la voix off.

Deux habitants du village de Madatashen ont identifié la victime. Selon eux, il s’agit de Guennadi Petrosian, 69 ans, qui avait emménagé ici vers la fin des années 1980.

La directrice de l’école locale, dont la maison était située juste en face de celle de Petrosian assure qu’elle a pu clairement voir son visage et le reconnaître. Le Guardian précise avoir examiné une photo de cet homme et confirme qu’il ressemble beaucoup à la victime figurant dans cette vidéo.

Alors que les troupes azerbaïdjanaises s’approchaient de la localité, un de ses voisins a essayé de faire partir Petrosian du village. Or ce dernier lui a opposé un refus, est-il expliqué.

Le doyen du village, Edouard Ayrapetian ajoute que le dernier appel de la part de Petrosian remontait au 28 octobre. Après plusieurs semaines de silence, la vidéo a fait son apparition.

Dossier:
Haut-Karabakh: un accord de paix signé sous l’égide de Moscou (53)

Lire aussi:

«Tu vas en prendre plein la gueule»: un maire met en garde Macron qui prépare son tour de France
L’eau: l’arme secrète d’Erdogan contre la Syrie
Marine chinoise face à l’US Navy: «Les rapports de forces sont en train de s’inverser en nombre»
Tags:
vidéo, atrocités, Haut-Karabakh
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook