International
URL courte
Par
382698
S'abonner

En réponse aux sanctions européennes appliquées dans le cadre de l’affaire Navalny, la Russie élargit les siennes à l'égard de ces pays en se basant sur le principe de réciprocité, indique ce 22 décembre la diplomatie russe. Des notes verbales ont été communiquées aux ambassadeurs de France, d’Allemagne et de Suède.

En réaction aux sanctions européennes mises en place dans le cadre de l’affaire Navalny, la Russie élargit les siennes à l'égard de ces pays, indique ce 22 décembre le ministère russe des Affaires étrangères. 

La diplomatie russe a qualifié d’inacceptable l’application de sanctions par l’Union européenne, alors qu’aucune preuve n’a été fournie ni aux autorités russes, malgré leur demandes répétitives, ni à leurs propres partenaires.

Selon Moscou, ces mesures «vont à l’encontre des prérogatives du Conseil de sécurité des Nations unies et des principes de non-ingérence de [la déclaration de, ndlr] Helsinki, dans les affaires intérieures des pays, de collaboration entre les États et du respect des obligations des droits internationaux».

«En se basant sur le principe de réciprocité, une décision concernant l’élargissement des contre-sanctions visant les représentants des pays, membres de l’Union européenne, qui se sont vus interdire d’entrer sur le territoire de la Fédération de Russie, a été prise. Parmi ceux-ci figurent les personnes impliquées dans le renforcement de l’activité antirusse, notamment, les sanctions, dans le cadre de l’UE», fait savoir un communiqué de la diplomatie russe.

Ambassadeurs convoqués

«Les notes verbales du ministère russe des Affaires étrangères portant sur cette démarche ont été transmises aux chefs des missions diplomatiques de l’Allemagne, de la France et de la Suède, et adressées à la délégation de l’Union européenne à Moscou», précise le communiqué.

Auparavant, des représentants de la France, de la Suède et de l’Allemagne avaient été convoqués par le ministère russe des Affaires étrangères suite aux sanctions imposées dans le cadre de l'affaire Navalny.

Sanctions antirusses

L’Union européenne avait indiqué le 15 octobre dans son Journal officiel avoir imposé des sanctions contre six personnalités et l’Institut d'État pour la recherche scientifique en chimie organique et en technologie en lien avec l’affaire Navalny. Sergueï Lavrov avait annoncé le 12 novembre que Moscou avait déjà introduit des contre-sanctions visant des officiels allemands et français dans le cadre de l'affaire Navalny.

Lire aussi:

Défilé militaire sur la place Rouge pour célébrer le Jour de la Victoire - vidéo
Aucune excuse pour «ceux qui développent de nouveaux plans d’agression», prévient Poutine le Jour de la Victoire
Policier tué à Avignon: ce que l'on sait du tireur
Tags:
France, Suède, Union européenne (UE), sanctions, Alexeï Navalny
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook