International
URL courte
Par
2339
S'abonner

Réagissant aux informations parues dans plusieurs médias selon lesquelles la Tunisie pourrait conclure un accord de paix avec Israël, la Diplomatie tunisienne les a qualifiées d’«infondées» et a réaffirmé la détermination du pays à défendre «les droits légitimes du peuple palestinien».

La Tunisie n'est pas intéressée par l'établissement de relations diplomatiques avec Israël et sa position ne sera affectée par aucun changement sur la scène internationale, a assuré mardi 22 décembre le ministère tunisien des Affaires étrangères.

La diplomatie a ainsi réagi aux informations parues dans plusieurs médias, dont le New York Times, qui ont estimé que la Tunisie pourrait rejoindre les Émirats arabes unis, Bahreïn, le Maroc et le Soudan qui ont conclu des traités de paix avec Israël.

«La Tunisie réaffirme son intention à ne participer à aucune initiative qui viole les droits légitimes du peuple frère palestinien», indique un communiqué.

La semaine dernière, à l’occasion de sa visite officielle à Paris, le chef du gouvernement tunisien, Hichem Mechichi, a écarté lors d’un entretien accordé à France 24 toute possibilité de normalisation des relations entre la Tunisie et Israël, tout en affirmant respecter la position souveraine du Maroc.

Normalisation des relations avec le Maroc

Le 10 décembre, le Président américain a annoncé sur son compte Twitter que le Maroc et Israël avaient accepté de normaliser leurs relations sous l'égide des États-Unis. Un pas qui représente, selon Donald Trump, une «percée historique».

Le Maroc est devenu le quatrième pays arabe à ouvrir un nouveau chapitre diplomatique vis-à-vis d'Israël depuis le mois d'août, après les Émirats arabes unis, Bahreïn et le Soudan.

Lire aussi:

Le licenciement «secret» de Jérôme Salomon de l’Institut Pasteur en 2012 refait surface
Assaut du Capitole: «Donald Trump et ses supporters sont tombés dans un piège»
Israël intensifie ses bombardements en Syrie, Joe Biden visé?
Tags:
Maroc, États-Unis, Israël, Tunisie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook