International
URL courte
Par
4292
S'abonner

La porte-parole de la diplomatie russe juge que les accusations des États-Unis contre la Russie dans la réalisation de la cyberattaque contre des réseaux gouvernementaux américains sont «infondées». Elle estime qu’elles ont pour but d’empêcher Joe Biden de se mettre en relation avec la Russie quant à la cybersécurité.

Les accusations américaines portées contre la Russie considérée comme impliquée dans la сyberattaque d’envergure menée contre des réseaux gouvernementaux du pays sont dénuées de toute preuve, a déclaré Maria Zakharova, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, ce 24 décembre.

Revenant sur le discours du secrétaire d’État américain Mike Pompeo concernant l’implication présumée de Moscou dans la récente opération de piratage, elle a souligné son caractère gratuit:

«Évidemment, tout cela a été dit sans avoir rien cité, aucune référence, aucune donnée, aucun chiffre», souligne-t-elle lors d’un point de presse.

«L’intervention de Mike Pompeo n’a rien apporté à la gamme d’accusations dans les cyberattaques, devenue traditionnelle. Les accusations infondées sur le comportement irresponsable russe dans les affaires informatiques ont de nouveau été reprises», pointe Mme Zakharova.

Véritable objectif américain

Selon elle, il est plus facile pour les États-Unis de renforcer l’image d’ennemi extérieur de la Russie que de se concentrer sur leurs problèmes de politique intérieure.

Le véritable objectif de ces attaques  peut être «de tenter d’empêcher l’administration Biden de mettre en place une coopération avec la Russie dans le secteur de la cybersécurité», suggère la porte-parole de la diplomatie russe.

Enfin, «la mise en circulation de fausses informations sur de nombreuses opérations de piratage contre des institutions gouvernementales des États-Unis par des hackers travaillant en faveur des autorités russes est devenue une routine politique. L’absence de faits est compensée par des spéculations au sujet d’une "trace russe"», conclut-elle.

Opération de piratage

Le 13 décembre, un logiciel espion a été découvert au sein d’un outil informatique utilisé par l’administration et plusieurs entreprises américaines.

Des pirates sont parvenus à placer un logiciel malveillant nommé Sunburst dans certaines versions de la plateforme Orion, un outil de supervision des réseaux informatiques commercialisé par l’entreprise américaine SolarWinds.

Les réseaux des départements du Trésor et du Commerce, ceux des ministères de l’Intérieur et de la Santé, de certaines parties du Pentagone et de l’agence du ministère de l’Énergie chargée de gérer le stock d’armes nucléaires ont été ainsi piratés.

Le Kremlin a nié l’implication de la Russie dans ces attaques et appelé à ne pas accuser gratuitement le pays.

Sur Twitter, Donald Trump a jugé que le piratage informatique était bien plus important dans les «médias fake news» qu'en réalité. Selon lui, la Chine pourrait être derrière cette attaque.

Lire aussi:

«C'est de la…»: le chef sortant du Pentagone se lâche en parlant du chasseur F-35
François Bayrou amené à se justifier sur une photo de lui sans masque dans un aéroport apparue sur les réseaux
Rouée de coups et laissée nue en pleine nuit au bord de la route
Tags:
hackers, États-Unis, Mike Pompeo, Maria Zakharova, cyberattaque
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook