International
URL courte
Par
209100
S'abonner

Les athlètes internationaux risquent d’être ciblés de la même manière que des multinationales par la justice extraterritoriale américaine grâce à la nouvelle loi Rodchenkov. Éric Denécé, directeur du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R), analyse les implications dans Désordre mondial avec Rachel Marsden.

Jusqu’ici, les États-Unis utilisaient l’arme des sanctions contre un pays ou ses élites économiques et politiques dès qu’ils estimaient les intérêts américains menacés. Maintenant, c’est au tour des athlètes de haut niveau du monde entier de devenir de véritables pions, victimes de la géopolitique américaine. Plus tôt ce mois-ci, le président américain Donald Trump a promulgué la loi antidopage Rodchenkov, du nom de Grigory Rodchenkov, l'ancien chef du laboratoire national antidopage russe qui a dénoncé en 2015, après avoir fui aux États-Unis, un programme de dopage impliquant des athlètes russes aux Jeux olympiques d'hiver de 2014 à Sotchi. La nouvelle loi permet aux États-Unis de poursuivre des athlètes étrangers pour l'utilisation de produits dopants dans des compétitions mondiales impliquant aussi des athlètes, des sponsors et des médias américains. Les sanctions potentielles vont jusqu'à dix ans de prison, incluant des amendes pouvant atteindre 1 million de dollars et la saisie de biens. Alors, par quoi cette manœuvre était-elle motivée? Et cette loi américaine de grande portée est-elle vraiment applicable ou tout simplement un grand bluff?

Éric Denécé, directeur du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R), commente la nouvelle mesure:

«Cette judiciarisation du sport est aberrante. Mais on n’est pas tellement surpris parce qu’on sent bien que les Américains veulent exercer leur domination à tout prix dans tous les domaines et on l’avait vu lorsqu’ils avaient échoué pour obtenir la Coupe du monde de football, finalement attribuée au Qatar, la manière dont ils se sont vengés en déclenchant des perquisitions dans les locaux de la FIFA en Suisse.»

Mais quelles réelles conséquences potentielles pour un sportif ciblé par cette loi? Denécé réagit:

«Je crois que, si les Américains décidaient vraiment de l’appliquer, ils auraient aujourd’hui tous les moyens, y compris déclencher une note rouge d’Interpol pour faire en sorte qu’un sportif soit interpellé lorsqu’il va faire une compétition en dehors de son territoire et extradé aux États-Unis pour être jugé.»

Lire aussi:

«Toutes les personnes qui vont aller se faire vacciner sont des cobayes», lance une députée française
L’Iran suspend sa coopération avec l’UE dans plusieurs domaines
«Reprendre le pouvoir»: «Une partie des endormis va se réveiller», prédit François Boulo
Tags:
Jeux olympiques, États-Unis, droits, sport
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook