International
URL courte
Par
281850
S'abonner

La diplomatie israélienne s’est indignée de l’article de France Inter paru le 28 décembre et expliquant que le ministre israélien de la Sécurité publique aurait ordonné de ne pas vacciner les prisonniers palestiniens. D’après l’ambassade d’Israël en France, il s’agit de «mensonge» et de «désinformation».

L’ambassade d’Israël en France a qualifié mardi 29 décembre de «mensonge» et de «contre-vérité» un article de France Inter qui, se référant aux informations parues initialement dans le quotidien Haaretz, avait accusé la veille le ministre israélien de la Sécurité publique, Amir Ohana, d’avoir donné pour instruction à l’ensemble du système carcéral du pays de ne pas vacciner les «prisonniers de haute sécurité», soit des détenus palestiniens, malgré la directive approuvée par le ministère israélien de la Santé.

«L’ambassade d’Israël s’insurge contre les accusations colportées par France Inter prétendant qu’Israël refuserait de vacciner des prisonniers palestiniens. C’est un mensonge éhonté qui déshonore la radio publique et ne fait qu’attiser le feu de la haine. Halte à la désinformation», indique le compte Twitter de l’établissement.

​Dans une lettre qui accompagne le tweet, le chargé d’affaires, Daniel Saada, s’adresse à Laurence Bloch, la directrice de la station, dans l’espoir que des «mesures seront prises» afin de placer l’auteur de l’article «face à sa lourde responsabilité».

M.Saada invite les journalistes à prendre connaissance de la directive des autorités sanitaires israéliennes qui prévoit que l’ensemble des détenus dans les prisons israéliennes se fera vacciner au fur et à mesure de l’évolution de la campagne de vaccination dans le pays.

En effet, la directive prévoit que «les prisonniers et les gardiens» devront être vaccinés lors de la deuxième phase de l’opération.

M.Saada précise que «les instructions données par le ministre Amir Ohana en date du 24 décembre 2020 concernent la priorité qui doit être donnée au personnel pénitentiaire».

Alors que dans son article, Anthony Bellanger, chroniqueur de France Inter trouve «abjecte» «la décision de ne pas inoculer le vaccin aux prisonniers palestiniens» compte tenu des capacités du système israélien de la Santé, M.Saada estime que ce qui est «abject, c’est de colporter un tel mensonge avec une telle audace».

«La haine d’Israël est constitutive de tous les attentats antisémites qui ont eu lieu en France ces dernières années. Il est temps que France Inter cesse d’en être le relai», clame la lettre.

Dans un autre tweet publié ce mercredi 30 décembre, l’ambassade a accusé d’autres médias de continuer de «publier les mensonges colportés par France Inter».

Lire aussi:

Policier tué à Avignon: de nouveaux détails sur la victime et l’opération
Femme brûlée vive près de Bordeaux: des proches et témoins évoquent leur impuissance face à la situation
Londres envoie des patrouilles près de Jersey après les menaces de Paris
Un sondage révèle quelle proportion de Français approuvent l’idée d’un pass sanitaire
Tags:
Palestine, vaccin, France, Israël
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook