International
URL courte
Par
11412
S'abonner

Le géant russe Gazprom a doublé ses exportations de gaz vers la Chine au cours des premiers jours de 2021 par rapport au volume exporté au cours du quatrième trimestre de l'année dernière, a annoncé l’entreprise ce lundi 4 janvier.

La société énergétique publique russe Gazprom a augmenté ses exportations de gaz vers la Chine via le gazoduc Force de Sibérie, a indiqué la société ce lundi 4 janvier.

Le volume des exportations quotidiennes de gaz russe au cours des premiers jours de 2021 est déjà deux fois plus élevé que celui exporté au cours du quatrième trimestre 2020, précise le communiqué de presse.

«Gazprom a atteint un nouveau niveau d’exportations quotidiennes de gaz vers la Chine via le gazoduc Force de Sibérie. Les exportations sont conformes à ses obligations contractuelles pour 2021 et sont deux fois supérieures à la moyenne journalière prévue par le contact pour le quatrième trimestre de l'année dernière», est-il possible de lire dans le communiqué.

Gazprom continue de travailler à la mise en place d'un approvisionnement en combustible bleu sur le marché chinois afin d'atteindre le niveau annuel de 38 milliards de mètres cubes de gaz dans les délais prévus par le contrat.

Force de Sibérie: projet énergétique faramineux

La Russie, qui possède les plus grandes réserves attestées de gaz au monde, a pu entrer sur le marché chinois grâce au gazoduc Force de Sibérie.

Inauguré en 2019, ce gazoduc achemine du gaz russe vers le nord-est de la Chine et vise à répondre à des préoccupations de sécurité énergétique des deux puissances mondiales.

Lire aussi:

«Incroyable» scène de tirs «dans tous les sens» au sein d’une cité de Carpentras
Une mosquée du Val-d’Oise fermée pour radicalisme, le maire «dénonce l’incompétence du gouvernement»
Des prédateurs jusque-là inconnus découverts au large de l’Australie
Un drôle de cluster d'une cinquantaine de Chinois positifs au Covid-19 à Roissy
Tags:
Chine, exportations, gaz, Gazprom
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook