International
URL courte
Par
5733
S'abonner

C’est le terme de «nationalisme vaccinal» qu’a utilisé le secrétaire général de l’Onu pour parler de la rivalité entre les États pour satisfaire les besoins de leurs populations en vaccins et ce sans penser aux pays nécessiteux.

Certains pays riches rivalisent pour l’acquisition du vaccin anti-Covid, aspirant à satisfaire avant tout les besoins de leur propre peuple, a déclaré le secrétaire général de l’Onu, Antonio Guterres, intervenant dans le cadre de l’événement organisé à l’occasion du 75e anniversaire de la toute première réunion de l’Assemblée générale de l’Onu. Tenue au palais de Westminster, à Londres, elle avait eu lieu le 10 janvier 1946.

«La pandémie de Covid-19 a fait la lumière sur des lacunes dans la coopération et la solidarité à l’échelle mondiale. Tout récemment, nous avons assisté à cela sous forme de "nationalisme vaccinal", lorsque certains pays riches se sont fait concurrence pour se procurer des vaccins pour leur propre population, sans prêter une quelconque attention aux [pays, ndlr] pauvres», a-t-il déclaré.

Soutien au mécanisme COVAX

Le secrétaire général a en outre remercié les autorités et le peuple britannique pour le soutien au COVAX, ce Mécanisme pour un accès mondial aux vaccins contre le Covid-19 créé par l’OMS.

Conjointement dirigée par l’Alliance du vaccin Gavi, la Coalition pour les innovations en matière de préparation aux épidémies (CEPI) et l'OMS, le mécanisme en question est conçu dans le but de garantir un accès équitable aux vaccins anti-coronavirus.

Lire aussi:

Le chef du Conseil scientifique prévient du risque d'une situation extrêmement difficile dès la mi-mars en France
La France recense le plus grand nombre journalier d’admissions en réanimation depuis début novembre
Une voiture de police percute une foule de spectateurs à un rodéo nocturne et roule sur une personne - vidéos
Emmanuel Macron pourrait annoncer le 3e confinement ce mercredi, selon le JDD
Tags:
ONU, vaccin, Antonio Guterres
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook