International
URL courte
Par
30427
S'abonner

Le procès de Beny Steinmetz, homme d’affaires franco-israélien proche de Nicolas Sarkozy, s’ouvre ce lundi à Genève pour une affaire de corruption internationale autour d’un gisement de fer en Guinée, relate Libération. L’accusé reproche quant à lui à George Soros d’avoir mis fin à ce projet par «la fraude, la diffamation et des pots-de-vin».

Ce lundi 11 janvier débute à Genève le procès du magnat franco-israélien de 64 ans Beny Steinmetz, accusé d’avoir versé des pots-de-vin via des comptes suisses pour des droits d’exploitation miniers en Guinée. Comme le souligne Libération, les noms de Nicolas Sarkozy et George Soros sont repris dans l’affaire, sans toutefois qu’ils soient inquiétés par la justice.

Au terme d’une vaste enquête de plus de six ans, l’accusation porte sur des versements effectués entre 2006 et 2012 à Mamadie Touré, quatrième femme de l’ancien Président guinéen Lansana Conté, décédé en 2008. Ces pots-de-vin, dont la valeur est estimée à 10 millions de dollars (8,5 millions d’euros), auraient permis à l’entreprise Beny Steinmetz Group Resources (BSGR) d’obtenir l’exploitation d’un des plus grands gisements de fer au monde, à Simandou.

Le dossier vise à démontrer la responsabilité de M. Steinmetz dans un ensemble de montages financiers visant à cacher le nom de BSGR dans ces versements, notamment liés à Pentler Holdings, une société enregistrée aux îles Vierges britanniques «dans le giron d’une société genevoise elle-même filiale de BSGR», explique Libération.

Les soupçons de corruption ont fait leur apparition dès 2010, lorsque Mamadie Touré a coopéré avec le FBI pour témoigner dans cette affaire, affirmant avoir reçu «plusieurs paiements de Pentler et des filiales guinéennes de BSGR». Dans les années suivantes, des rumeurs de coup d’État visent le groupe. Les permis d’exploitation miniers sont retirés par le gouvernement guinéen en 2014.

Sarkozy et Soros cités

Une affaire pour corruption opposait alors le Président guinéen (en fonction depuis 2010) Alpha Condé et Beny Steinmetz, portée jusque devant le tribunal arbitral de la Banque mondiale. C’est là qu’intervient Sarkozy, lequel est venu agir en médiateur pour trouver un accord à l’amiable et ainsi suspendre les poursuites, mais pas celles du parquet genevois. Il reste à ce jour l’un des rares amis proches du Franco-Israélien, écrit Libération.

Ce dernier mentionne quant à lui le nom de George Soros, qu’il accuse avoir agi dans l’ombre «par la fraude, l’illégalité, la diffamation, les pots-de-vin» afin de lui faire perdre les droits d’exploitation miniers au profit du groupe brésilien Vale. Ce géant du fer a d’ailleurs racheté 51% du projet Simandou pour 2,5 milliards de dollars.

«Ces affirmations sont entièrement fausses», réplique auprès de Libération Michael Vachon, porte-parole du milliardaire américain d’origine hongroise. «M. Soros n’a aucun sentiment personnel concernant M. Steinmetz. Ce sont plutôt M. Soros et ses associés qui, en raison de leur travail de lutte contre la corruption, ont été harcelés et diffamés par M. Steinmetz», affirme-t-il.

MM. Soros et Sarkozy ne seront toutefois pas présents à Genève pour cette audience, laquelle devrait durer une semaine avec un verdict rendu dans deux semaines. L’avocat de M.Steinmetz, Marc Bonnant, a précisé à l’AFP qu’il plaidera l’innocence.

Lire aussi:

«C'est de la…»: le chef sortant du Pentagone se lâche en parlant du chasseur F-35
François Bayrou amené à se justifier sur une photo de lui sans masque dans un aéroport apparue sur les réseaux
Rouée de coups et laissée nue en pleine nuit au bord de la route
Joe Biden commente la lettre laissée par Donald Trump dans le Bureau ovale
Tags:
Nicolas Sarkozy, George Soros, Genève, corruption, procès
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook