International
URL courte
Par
4910634
S'abonner

La Grèce compte repousser les limites de ses eaux territoriales en mer Ionienne et parle déjà d’un élargissement de son territoire en mer Égée, un projet qui a été qualifié de casus belli potentiel par la Turquie.

Étendre les eaux territoriales grecques de six à 12 milles marins en mer Ionienne augmentera le territoire du pays de 13.000 kilomètres carrés, a déclaré ce mardi 12 janvier le ministre grec des Affaires étrangères Nikos Dendias lors de l'examen du projet de loi déterminant la largeur de la zone côtière par la commission parlementaire pour la défense et les affaires étrangères.

«Le parlement grec est invité pour la première fois depuis 1947 à voter pour l’élargissement du territoire de la souveraineté nationale. Le gouvernement propose [...] de profiter du droit inaliénable de notre pays à étendre nos eaux territoriales en mer Ionienne et jusqu’au cap Ténare de six à 12 milles marins. Cela augmentera le territoire de la souveraineté nationale de 10.079 kilomètres carrés, mais si on tient compte du territoire obtenu grâce à la fermeture des baies conformément au droit de la mer, il augmentera de 13.000 kilomètres carrés», a indiqué le ministre.

Le décret du Président grec sur la définition des lignes de base à partir desquelles il faut délimiter les eaux territoriales est en vigueur depuis le 27 décembre.

Annonçant l’élargissement de son territoire en mer Ionienne et près des îles Ioniennes jusqu'au cap Ténare, Athènes se réfère à la Convention des Nations unies sur le droit de la mer de 1982. Selon le décret, il faut mesurer la zone de 12 milles marins dans la zone des baies non pas à partir de la côte, mais à partir des lignes de base droites fermant les baies, comme le prévoit la Convention.

L’élargissement du territoire grec en mer Égée en perspective?

M.Dendias a rappelé que, selon le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis, la prochaine étape de l'expansion de la zone côtière grecque affecterait la région au sud de la Crète. Des recherches pertinentes sont en cours à ce sujet, selon lui.

«Cela ne signifie pas que la Grèce ne se réserve pas le droit d’étendre ses eaux territoriales à 12 milles marins dans la mer Égée», a ajouté le chef de la diplomatie grecque.

La Turquie avait précédemment déclaré que l’élargissement des eaux territoriales de la Grèce à 12 milles marins en mer Égée constituerait un casus belli, c'est-à-dire un motif de conflit armé.

Lire aussi:

«État Mafia»: des manifestants anti-pass s’en prennent à un pharmacien à Montpellier - vidéos
Un policier ouvre le feu pour protéger ses collègues d’une voiture-bélier
L’intrusion de gens du voyage met ce club du foot français dans une «situation catastrophique» - photos
Tags:
Grèce, Turquie, mer Ionienne, mer Egée, eaux territoriales, Nikos Dendias
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook