International
URL courte
Par
181012
S'abonner

Le ministère russe des Affaires étrangères a expliqué pourquoi les réseaux sociaux américains se livraient à la censure: cela reflète la politique des États-Unis sur la scène internationale fondée sur des sanctions et des restrictions.

La censure et les restrictions à la liberté d'expression observées actuellement sur les réseaux sociaux américains sont une projection du comportement des États-Unis sur la scène internationale, a déclaré ce jeudi 14 janvier la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova.

«C’est une puissance nucléaire. C’est un État qui possède des armes de destruction massive, mais aussi le plus grand budget de la Défense au monde. C'est un État qui ne professe qu'une seule façon de conduire les affaires internationales ces dernières décennies: adopter des sanctions et restrictions illégales. Et leurs actions sur les réseaux sociaux, illégales et sans décision judiciaire, ressemblent à la manière dont les États-Unis "coupent" les pays ou figures indésirables de l'espace économique, scientifique et technologique», a indiqué Mme Zakharova.

Comptes bloqués sur les réseaux sociaux

Facebook et Twitter ont récemment annoncé avoir gelé les comptes du Président sortant des États-Unis «en raison du risque de nouvelles incitations à la violence», après l’assaut du Capitole par ses partisans le jour de la validation des résultats de la présidentielle. D’autres réseaux sociaux, moins connus, ont suivi leur exemple. Les comptes de dizaines de milliers de partisans de M.Trump ont été bloqués.

Le 6 janvier, lors d’un rassemblement près de la Maison-Blanche, Donald Trump avait appelé ses soutiens à se réunir devant le Congrès pour «aider les faibles Républicains» à contester les résultats de la présidentielle. Une foule avait assiégé le Capitole, fait irruption dans le bâtiment et interrompu une séance du Congrès.

Cinq personnes, dont un policier, sont décédées pendant les émeutes. Plus tard, il a été établi que la cause de la mort de trois d’entre elles n’était pas liée aux troubles au Congrès.

Lire aussi:

Erdogan veut donner «une leçon forte et dissuasive» à Israël
Trois roquettes tirées depuis le Liban en direction d'Israël
L'armée d’Israël lance une opération dans la bande de Gaza
Mère immolée à Mérignac: le garde des Sceaux hué au Sénat
Tags:
sanctions, restrictions, réseaux sociaux, censure, Maria Zakharova, FSB, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook