International
URL courte
Par
3840178
S'abonner

Dans sa guerre contre l’Iran, Israël a bombardé une nouvelle fois les milices chiites opérant sur le territoire syrien, le 13 janvier. Un 4e raid aérien en moins de trois semaines. Cette multiplication des frappes en Syrie a-t-elle pour but d’empêcher tout futur rapprochement entre l’Administration Biden et l’Iran? Analyse.

Le 13 janvier, la Syrie a été une nouvelle fois bombardée par Israël.

 Si l’AFP, se basant sur les chiffres communiqués par une ONG basée à Londres, fait état de 57 morts, Sana –l’agence de presse syrienne– et plusieurs sources bien informées sur les évènements en Syrie ne décomptent qu’une victime et plusieurs blessés. Quant à l’Iran –indirectement visé par Tsahal– il n’a déclaré «aucune victime».

Au-delà de la guerre de propagande autour de son bilan, ce nouveau raid israélien contre les milices alliées à Téhéran est le quatrième en moins de trois semaines. Pourquoi une telle intensification des frappes à une semaine de l’entrée fonctions du prochain Président des États-Unis, Joe Biden?

Plus d’informations dans ce nouveau Lignes Rouges en bref.

Lire aussi:

«Je ne suis pas un tueur»: le Premier ministre slovaque refuse le renvoi du vaccin russe Spoutnik V
Risque de guerre civile: «La situation est bien plus grave que ce que les gens imaginent», selon Me de Montbrial
Sans commentaire: Moscou ne se prononce pas sur une supposée expulsion mutuelle de diplomates avec Paris
Tags:
accord iranien, nucléaire, frappe de missile, frappe aérienne, Joe Biden, Iran, Israël, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook