International
URL courte
Par
2071104
S'abonner

Après que la diplomatie russe a annoncé ce vendredi 15 janvier que Moscou entamait le processus de sortie du traité Ciel ouvert, le porte-parole adjoint de l'Otan, Piers Cazalet, a indiqué à RIA Novosti que les alliés de l’Alliance restaient ouverts au dialogue avec la Russie au sujet de la transparence et de la diminution des risques.

Réagissant à l’annonce par Moscou du lancement de la procédure de sortie de la Russie du traité Ciel ouvert, Piers Cazalet, porte-parole adjoint de l'Otan, a fait savoir ce vendredi 15 janvier à RIA Novosti que les alliés de l'Otan restaient attachés à une maîtrise efficace des armements, au désarmement et à la non-prolifération.

«Les alliés continueront de se consulter étroitement sur la future maîtrise des armements. Nous restons également ouverts au dialogue au sein du Conseil Otan-Russie sur la réduction des risques et sur la transparence», a déclaré Piers Cazalet.

L’annonce de Moscou

Plus tôt dans la journée, le ministère russe des Affaires étrangères a annoncé que la Russie avait entamé le processus de sortie du traité Ciel ouvert car les alliés des États-Unis n’avaient pas soutenu ses propositions pour préserver sa viabilité après le retrait de Washington.

Moscou a constaté que l’équilibre des intérêts des États signataires du traité a été rompu par le départ des États-Unis et que la force du traité ainsi que son rôle en tant qu’instrument de renforcement de la confiance et de la sécurité avaient été gravement atteints.

Traité Ciel ouvert

Entré en vigueur le 1er janvier 2002, le traité Ciel ouvert prévoit des vols de surveillance non armés sur la totalité du territoire des États membres afin de collecter des informations sur leurs forces et activités militaires respectives.

Accusant la Russie de ne pas le respecter, Donald Trump a annoncé le 21 mai dernier que les États-Unis se retiraient du traité Ciel ouvert. Moscou avait alors rejeté ces accusations.

Après que, le 22 novembre, la participation de Washington au traité a pris officiellement fin, Moscou a déclaré que la Russie chercherait à obtenir des garanties solides du respect de leurs obligations par les autres États signataires. Il s’agissait notamment de la possibilité de surveiller tous leurs territoires et les installations militaires américaines qui y étaient implantées ainsi que de l’absence de transfert de données collectées lors des vols de surveillance aux pays ne faisant pas partie du traité.

Lire aussi:

Carla Bruni réagit à la condamnation de Nicolas Sarkozy
Reconnu coupable de corruption, Sarkozy écope de trois ans de prison, dont un ferme
Le Kremlin répond à Biden sur l’«annexion de la Crimée»
Tags:
base militaire, militaires, États-Unis, Traité Ciel ouvert, Russie, Moscou
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook