International
URL courte
Par
18769
S'abonner

Dans le cadre des exercices militaires baptisés Grand prophète 15 débutés vendredi, le Corps des gardiens de la Révolution islamique a frappé plusieurs cibles d’un ennemi imaginaire dans le désert central iranien. Samedi 16 janvier, d’autres objectifs fictifs ont été détruits dans le nord de l’océan Indien, annonce la presse locale.

Engagé depuis vendredi 15 janvier dans les manœuvres Grand prophète 15, le Corps des gardiens de la Révolution islamique a tiré ce samedi plusieurs missiles balistiques à longue portée contre diverses cibles d’un ennemi imaginaire situées à une distance de 1.800 kilomètres dans le nord de l'océan Indien, rapporte l’agence de presse Tasnim.

La vidéo montrant le tir des missiles a été diffusée par l’un des médias du pays.

​Le commandant des Pasdaran, le major général Hossein Salami, a expliqué à l’agence de presse que pouvoir cibler les navires de guerre ennemis, y compris des porte-avions, était l'un des objectifs importants du pays en matière de Défense.

Des drones iraniens impliqués

La veille, plusieurs missiles ont été tirés contre des cibles «dans la vaste zone du désert central d'Iran», indique l’agence de presse de la République islamique (IRNA).

«Durant la première étape des manœuvres du Corps des gardiens de la Révolution, les drones de combat du CGRI ont entièrement éliminé le bouclier antimissile de l'ennemi fictif et les missiles balistiques de nouvelle génération du CGRI, des classes Zolfaqar, Zelzal et Dezful, ont été tirés sur les cibles prédéterminées avant de détruire une base ennemie fictive», a rapporté IRNA.

La vidéo de ces frappes a également été mise en ligne.

​Ces exercices se déroulent dans un contexte de tensions entre Téhéran et Washington, exacerbées suite à l'assassinat du général iranien Qassem Soleimani à l'aéroport de Bagdad en janvier 2020. L’Iran avait alors riposté par des frappes contre des bases américaines en Irak.

Le 3 janvier, le ministre américain de la Défense par intérim, Christopher Miller, a annoncé que le porte-avions USS Nimitz, déployé précédemment dans la zone du Golfe, y resterait en raison de «menaces proférées par des dirigeants iraniens» contre Donald Trump et d'autres responsables américains.

Paris, Berlin et Londres appellent l’Iran à ne pas produire d’uranium métal

Ce samedi 16 janvier, les gouvernements français, allemand et britanique se sont dits «profondément inquiets par l’annonce faite par l’Iran du lancement de préparatifs pour la production d’uranium métal».

«Nous encourageons fermement l’Iran à mettre fin à cette activité, et à revenir sans délai au plein respect de ses engagements au titre du Plan d’action global conjoint, s’il souhaite sérieusement préserver cet accord», indique un communiqué publié sur le site de la diplomatie française.

Le communiqué précise que la production d’uranium métal par l’Iran «n’a aucune crédibilité civile» et que le pays s’est engagé en vertu du Plan d’action global conjoint (JCPoA), à ne pas le produire et à ne pas mener de recherches sur la métallurgie de l’uranium pour une durée de 15 ans.

Lire aussi:

Un bus de la RATP aspergé d’essence et incendié dans les Yvelines – vidéo
Premières images de l’hélicoptère Ingenuity sur Mars
Un Mig-31 russe intercepte des avions de l'Otan au-dessus de la mer de Barents
Tags:
cibles, États-Unis, missile, Iran
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook