International
URL courte
Par
4161
S'abonner

Affaire Navalny, situation en Ukraine, prolongation du traité New Start de réduction des armes stratégiques… Le porte-parole du Kremlin a fourni plus de détails sur le premier entretien téléphonique entre Vladimir Poutine et Joe Biden. Les deux Présidents n’ont pas encore évoqué une possible rencontre.

Lors d’une première conversation téléphonique qui s’est déroulée mardi 26 janvier, les Présidents russe et américain ont discuté de nombreux sujets d’actualité. Dmitri Peskov, porte-parole du Kremlin, a précisé les sujets abordés.

«Elle [la conversation, NDLR] était de travail et franche. D’autant plus que, si vous vous en souvenez, Biden et Poutine se sont rencontrés en 2011 à Moscou, et déjà à l’époque ils avaient accepté de se parler assez ouvertement. La durée était d’un peu plus de 35 minutes».

Traité New Start, affaire Navalny

Les deux dirigeants sont, par exemple, parvenus à un accord sur la prolongation du traité New Start. Un projet de loi de ratification de l’accord de renouvellement du traité de cinq ans, jusqu’au 5 février 2026, a été ensuite présenté par le Président russe aux députés.

«Cette [la décision de prolonger l’accord, NDLR] a été précédée d’un travail assez dur», a déclaré le porte-parole.

Vladimir Poutine et Joe Biden sont également revenus sur l’affaire Navalny et la situation ukrainienne. Le Président russe a fait part de l’attitude de Moscou envers ces sujets.

Trop tôt pour «remettre à zéro» les relations

M.Peskov a également souligné qu’il était trop tôt pour parler de «remise à zéro» des relations entre la Russie et les États-Unis, puisqu’il n’y a pas eu de conditions préalables pour cela.

«Hier les Présidents, en constatant l’existence de désaccords assez importants, ont toutefois souligné la nécessité de poursuivre le dialogue», a indiqué le porte-parole.

Ils n’ont pas encore évoqué une possible rencontre.

Lire aussi:

Carla Bruni réagit à la condamnation de Nicolas Sarkozy
Reconnu coupable de corruption, Sarkozy écope de trois ans de prison, dont un ferme
Le Kremlin répond à Biden sur l’«annexion de la Crimée»
Sanctions contre la Russie, le Venezuela et la Birmanie: «une erreur stratégique majeure commise par l’UE»
Tags:
New START (Traité de réduction des armes nucléaires), Vladimir Poutine, Joe Biden
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook