International
URL courte
Par
6919
S'abonner

Joe Biden a nommé Robert Malley, ancien haut conseiller sur l'Iran de l'administration Obama, émissaire spécial en charge des questions iraniennes, a déclaré jeudi un haut représentant du département d'État, confirmant une information rapportée plus tôt dans la journée par Reuters.

L'Iran représente l'un des défis les plus compliqués en matière de politique étrangère pour la nouvelle administration démocrate, alors que Joe Biden cherche à trouver un moyen de dialoguer après plusieurs années de tensions croissantes entre l'administration républicaine de Donald Trump et Téhéran.

Donald Trump a dénoncé en 2018 l'accord sur le programme nucléaire iranien signé trois ans plus tôt à Vienne, malgré l'opposition affichée par les alliés européens de Washington, et a rétabli des sanctions économiques contre l'Iran.

Travail dans l’équipe d’Obama

Robert Malley fût un membre important de l'équipe de l'ancien président Barack Obama ayant pris part aux négociations internationales sur le Plan d'action global commun (PAGC, ou JCPOA en anglais), lequel encadre les activités nucléaires de l'Iran en échange d'un assouplissement des sanctions le visant.

Au lendemain de la confirmation par le Sénat de sa nomination à la tête du département d'Etat américain, Antony Blinken a répété mercredi la position de la nouvelle administration selon laquelle Téhéran devait revenir dans le cadre de l'accord de 2015 pour que Washington en redevienne ensuite partie prenante.

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a toutefois appelé via Twitter jeudi les Etats-Unis à faire le premier pays en réintégrant l'accord sur le nucléaire iranien.

Lire aussi:

Interdit d’entrée en France, un ex-dealer tunisien interpellé dans un TGV venant d’Italie
Moscou réagit aux accusations concernant une cyberattaque contre un pipeline US
EELV provoque une nouvelle polémique avec une affiche sarcastique appelant à ne pas aller voter
Le Hamas lance un nouveau barrage de roquettes vers Israël
Tags:
Barack Obama, Iran, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook