International
URL courte
Par
18708
S'abonner

Le chef de l’agence spatiale Roscosmos, Dmitri Rogozine, a qualifié d’«inacceptable» la militarisation de la Lune. Le Wall Street Journal avait en effet communiqué des informations selon lesquelles le Pentagone planifierait de défendre ses futures bases lunaires.

Dmitri Rogozine, chef de l’agence spatiale Roscosmos, a commenté les possibles projets du Pentagone de s’unifier avec la NASA et d’armer les futures bases américaines sur le satellite terrestre.

«La militarisation de la Lune et de l’exploration de la Lune est inacceptable», a-t-il écrit sur son compte Twitter.

Le Wall Street Journal avait plus tôt fait part des intentions du Pentagone d’unifier ses forces avec la NASA pour explorer la Lune et prolonger la durée de vie des satellites. De nombreux détails sont encore en développement ou restent confidentiels.

Selon les responsables gouvernementaux et industriels, cette coopération comprendrait la défense des bases prévues de la NASA sur la surface lunaire, ainsi que la protection des opérations commerciales américaines envisagées pour y extraire de l’eau ou des minéraux.

Le WSJ a indiqué que ces changements font suite aux «actions menées par Moscou et Pékin visant à défier les intérêts spatiaux américains à l'aide des armes antisatellites [...] et d'autres technologies potentiellement hostiles».

Projets des USA sur la surface lunaire

Le 16 décembre, Donald Trump a signé un décret prescrivant aux futurs gouvernements de développer l’utilisation de l’énergie nucléaire dans l’espace, notamment en vue de l’exploration de la Lune, de Mars et d’autres planètes du système solaire.

En outre, Trump avait également signé en avril un décret établissant le droit des Américains à exploiter les ressources spatiales, à savoir la Lune et les astéroïdes. Roscosmos avait alors qualifié cette décision de «tentative d’expropriation de l’espace et de plan agressif pour s’emparer des territoires d’autres planètes».

Lire aussi:

L’incident avec la marine russe près de la Crimée filmé depuis le destroyer britannique – vidéo
Tensions navales au large de la Crimée: à quoi jouent les Britanniques?
Au Québec, les mesures sanitaires poussent des expats français à partir, «mais surtout pas en France!»
Tags:
Dmitri Rogozine, États-Unis, Lune
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook