International
URL courte
Par
17478
S'abonner

Pour que le projet Nord Stream 2 avance, Washington demande à Berlin de soumettre des propositions qui balaieront les craintes, a relaté le journal Handelsblatt en se référant à un responsable américain.

Les États-Unis peuvent envisager la levée des sanctions contre le projet Nord Stream 2, mais ils cherchent à obtenir des garanties que l'Ukraine et les pays d'Europe de l'Est ne souffriront pas du gazoduc, a rapporté le journal allemand Handelsblatt en citant un responsable américain.

«Les Allemands doivent mettre une solution globale sur la table», a déclaré au Handelsblatt un responsable américain impliqué dans les négociations concernant le projet. «Sinon, nous ne pourrons pas résoudre le problème du Nord Stream 2». Ceci est un signe clair que Washington veut résoudre ce conflit, souligne le journal.

Toujours selon le Handelsblatt, Washington a évoqué une autre condition. Celle que l'Allemagne aide l'Ukraine à développer sa propre infrastructure gazière pour le transport d'hydrogène. Ceci lui donnerait la perspective de rester un acteur important sur le marché gazier.

D’après le journal, Joe Biden peut lever les sanctions s’il obtient des garanties que la Russie n’utilisera pas le gazoduc en question contre l’Ukraine et d’autres pays d’Europe de l’Est.

Dans une interview accordée également au Handelsblatt, le ministre des Affaires étrangères Niels Annen s’est prononcé en faveur de l’approche des États-Unis. Selon lui, ils coopéraient auparavant avec une administration américaine qui «n'était pas intéressée par un accord»:

«S’il y a une volonté de parler, c’est une opportunité politique que nous devons saisir», a-t-il déclaré.

Le Nord Stream 2 sous le feu des sanctions US

Les États-Unis, qui font la promotion de leur gaz naturel liquéfié en Europe, ainsi que l’Ukraine et les pays baltes, s’opposent à la réalisation du projet Nord Stream 2 prévoyant de relier la Russie à l’Allemagne en passant par le fond de la mer Baltique.

Washington a à plusieurs reprises introduit des sanctions visant ce projet russo-européen, presque terminé à ce stade. Des récentes sanctions font partie du budget militaire des États-Unis pour 2021 et frappent les sociétés offrant des services de certification et d’inspection pour le Nord Stream 2 ainsi que celles modernisant les navires poseurs de tubes. Les sociétés norvégienne, danoise et suisse NDV GL, Ramboll et Zurich Insurance Group ont décidé de se retirer du projet de crainte des sanctions. Le navire Fortuna, qui pose les tuyaux, et son propriétaire KVT Rus sont tombés sous leur coup à la mi-janvier.

Actuellement, il ne reste à poser que 120 kilomètres de conduites dans les eaux danoises et 28 km dans les eaux allemandes. Le 24 janvier le Fortuna y a repris sa mission.

La Russie a souligné à maintes reprises que ce projet purement économique répondait aux intérêts des pays européens.

Lire aussi:

D’un seul geste Cristiano Ronaldo fait perdre quatre milliards de dollars à Coca-Cola
Chasseurs de 6e génération: l’Otan demande aux Européens de «s’aligner» sur les USA
Président «jupitérien»: «Macron s’est trompé d’époque, il en subit les conséquences» - vidéo
Tags:
Allemagne, États-Unis, Washington, Berlin, Nord Stream 2
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook