International
URL courte
Par
182306
S'abonner

Soulignant que la Russie était prête à normaliser ses relations avec l’Union européenne et à coopérer dans les domaines clés avec un profit mutuel, Sergueï Lavrov a expliqué que cela ne serait possible que sur la base du respect mutuel et en prenant en compte les «intérêts des uns et des autres», selon le ministère russe des Affaires étrangères.

Moscou n'est pas à l'origine du refroidissement de ses relations avec l'Union européenne et est toujours déterminé à les normaliser dans certains domaines si le dialogue n'est pas sacrifié aux intérêts géopolitiques, a expliqué le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, ce 8 février.

«À l'issue de sa visite à Moscou du 4 au 6 février, le Haut représentant de l'Union européenne a publié sur son blog des commentaires. Dans l'un d'eux, il a écrit que "la Russie s’éloignait rapidement de l'Europe". Au cours des négociations avec Joseph Borrel à Moscou, j’ai parlé de l'importance de construire systématiquement les relations entre la Russie et l’Union européen», précise-t-il.

Le ministre a fait remarquer qu'en 2014, «l'Union européenne a[vait] elle-même fait s'effondrer l'architecture de liens multiples qui s'est créée avec notre pays au fil des années».

«Je rappelle qu'à l'origine le soutien de l'Union européenne à un gouvernement anticonstitutionnel en Ukraine, avec une forte tendance antirusse. En conséquence, les sommets Russie-UE, qui avaient lieu deux fois par an, ont été suspendus, ainsi que les réunions du gouvernement russe avec la Commission européenne. Les formats du Conseil permanent des partenariats Russie-UE et les deux douzaines de dialogues sectoriels ont été arrêtés. Plus tôt, bien avant le gouvernement en Ukraine, à la demande de certains États membres de l'Union européenne, les négociations ont été interrompues sur un projet d'accord presque prêt sur les voyages sans visa à court terme pour les citoyens russes comme européens», a énuméré M.Lavrov.

Selon lui, depuis 2004, lorsque les membres de l'Union européenne ont accepté les pays baltes au sein de l’Union, «il y a eu une discrimination marquée et organisée de la population russe qui y vit».

La Russie reste ouverte à la normalisation des relations mais sur la base du respect mutuel

«La question qui se pose est qui s’est éloigné de qui? Peut-être c'est l'Union européenne qui éloigne d’elle la Russie, la langue et la culture russes? En ce qui concerne la partie russe, nous avons réaffirmé une fois de plus lors des négociations à Moscou notre objectif de normaliser l'ensemble des relations avec l'Union européenne, pas sur la base d’exigences unilatérales, mais sur celle du respect mutuel et de la prise en compte des intérêts des uns et des autres», a fait savoir Sergueï Lavrov.

Il a continué en soulignant que c’est seulement avec cette approche que la Russie est prête «à collaborer dans certains domaines où nos intérêts coïncident».

Le ministre a évoqué également le fait que, lors de la rencontre à Moscou, les parties ont convenu d'approfondir la coopération dans des domaines tels que la santé, la science et la technologie, de même que sur les changements climatiques.

«Si l'on ajoute le principal domaine traditionnel de l'énergie, il y aura un programme mutuellement bénéfique, à moins de le sacrifier aux enjeux géopolitiques», a conclu le chef de la diplomatie russe.

Lire aussi:

Deux voyous filmés alors qu’ils incendient une voiture de police à Mulhouse - vidéo
Ivan Rioufol: «le discours totalement anxiogène» du gouvernement sur le Covid-19 a «abruti» les Français - vidéo
La photo d’un repas proposé dans un Ehpad du Finistère fait polémique
Tags:
Russie, relations, Europe, politique, Sergueï Lavrov
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook