International
URL courte
Par
914160
S'abonner

Les sanctions américaines à l’égard de Moscou «resteront en place» à cause de la Crimée, «à moins que - et jusqu'à ce que - la Russie ne change de cap», a annoncé un haut diplomate américain au Conseil de sécurité de l’Onu. Il a ajouté que Washington ne reconnaîtrait «jamais la tentative d’annexion» de la péninsule.

L’un des plus hauts diplomates américains aux Nations unies, Rodney Hunter, a déclaré lors de la séance du Conseil de sécurité du 11 février que les États-Unis «réaffirment leur engagement inébranlable à la souveraineté et à l’intégrité territoriale de l’Ukraine».

«Nous ne reconnaîtrons jamais la tentative d’annexion de la Crimée par la Russie.»

Les sanctions «resteront en place»

En conséquence, les sanctions américaines contre la Russie «en réponse à son agression dans l'est de l'Ukraine et à l'occupation de la Crimée resteront en place à moins que - et jusqu'à ce que - la Russie ne change de cap».

M.Hunter a ajouté que son gouvernement espère que «des partenaires aux vues similaires envisageront de rejoindre cet effort diplomatique pour repousser l'agression de la Russie et dire clairement que la communauté internationale ne tolérera pas l'occupation brutale de la Russie».

Référendum de 2014

Au terme d’un référendum tenu le 18 mars 2014, la Crimée a été réintégrée par la Russie, sur fond de crise politique en Ukraine consécutive au renversement du Président Viktor Ianoukovitch.

Pendant le scrutin, plus de 96% des votants se sont prononcés en faveur de la réunification avec la Russie. Ses résultats ne sont pas reconnus par Kiev et ses partenaires occidentaux.

Lire aussi:

Pass sanitaire: des sanctions «totalement disproportionnées» pour les récalcitrants?
L'efficacité du vaccin de Pfizer est tombée à 39% face au variant Delta, constate Israël
Le gouvernement fait revoter les députés en pleine nuit pour imposer le pass sanitaire à l’hôpital
Un système de DCA russe détruit l’ensemble des missiles israéliens ayant visé une ville syrienne
Tags:
sanctions, États-Unis, Russie, Crimée
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook