International
URL courte
Par
Construction du gazoduc Nord Stream 2 (146)
12527
S'abonner

Pour rester en bons termes avec l’Allemagne, les États-Unis devraient suspendre la décision d’imposer des sanctions aux entreprises de ce pays liées à la construction du gazoduc Nord Stream 2, indique Bloomberg. Le rapport au Congrès qui devrait être rendu public ce vendredi est censé concerner «un petit nombre d'entreprises liées à la Russie».

Les États-Unis n'incluraient pas pour l’instant les entreprises allemandes dans la liste des sanctions liées à la construction du gazoduc Nord Stream 2, rapporte ce vendredi 19 février Bloomberg.

Ainsi, selon l’agence, l'administration Biden cherche à arrêter le projet sans contrarier «un proche allié européen».

D’après Bloomberg, le rapport au Congrès sur le Nord Stream 2, qui pourrait être publié ce vendredi 19 février, porterait «sur un petit nombre d'entreprises liées à la Russie».

Les plans de l'administration Trump

Des sources ont indiqué à Bloomberg que l'administration Trump avait élaboré un plan détaillé prévoyant des sanctions contre les entreprises allemandes dans les dernières semaines de sa présidence pour mettre fin au projet, mais qu’il n’a pas pu le réaliser faute de temps.

Parmi les cibles potentielles figurait Matthias Warnig, le directeur général du Nord Stream 2, qui connaît personnellement Vladimir Poutine depuis au moins 1991, indique l’agence.

Cependant deux autres sources citées par Bloomberg ont assuré que les plans de l'administration Trump manquaient de spécificité et n'avaient jamais dépassé le stade des discussions.

«Sanctionner un grand projet en menaçant des cibles allemandes et européennes consume beaucoup de capital politique», a déclaré à Bloomberg Daniel Fried, ex-coordinateur américain de cette politique de sanctions, en ajoutant qu’«ils essaient de résoudre quelque chose de manière à prendre en compte les intérêts de chacun et ce n’est pas facile.»

Presque achevé

Le projet Nord Stream 2 prévoit la construction de deux conduites longues de 1.230 kilomètres qui relieront la côte russe à l’Allemagne par le fond de la mer Baltique. Elles auront une capacité totale de 55 milliards de mètres cubes de gaz par an.

Interrompu en 2019 à la suite des sanctions américaines, la construction a repris en décembre 2020 quand le navire russe Fortuna a posé 2,6 kilomètres supplémentaires du pipeline. Ainsi, il reste désormais environ 148 kilomètres à couvrir.

Plus récemment, suite à l’arrestation d’Alexeï Navalny, des députés européens ont appelé les États membres à renforcer les sanctions à l’encontre de la Russie en stoppant «une fois pour toutes» la construction du Nord Stream 2. Or, l’Allemagne a à plusieurs reprises fait savoir que sa position concernant l’achèvement du gazoduc restait «inchangée» vu le caractère économique et non pas politique du projet.

Dossier:
Construction du gazoduc Nord Stream 2 (146)

Lire aussi:

L'Agence européenne des médicaments commence son examen du vaccin Spoutnik V en vue de l'autoriser dans l'UE
Le prototype Starship de SpaceX réussit son atterrissage, puis explose
Quel est le profil de l’Algérien incarcéré après l’agression violente d’un journaliste à Reims?
Refus de la laïcité chez les jeunes Français: jusque dans les salles de classe, le modèle américain s’impose
Tags:
Nord Stream 2, Allemagne, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook