International
URL courte
Par
232839
S'abonner

Alors que l’objectif de colonisation de Mars prend de l'ampleur, le mouvement Fridays for Future fondé par Greta Thunberg a tourné une fausse publicité dans laquelle il moque les envies de se rendre sur cette planète.

Le mouvement de Greta Thunberg, Fridays for Future, a lancé une fausse campagne publicitaire en s’attaquant à l’idée de la conquête de Mars, projet de SpaceX et de la NASA.

Cette vidéo satirique, aux allures de film de science-fiction, publiée le 17 février, met en avant la planète rouge, un territoire nouveau «où nous pourrons tout recommencer». Mais le message de fin est fort: «pour les 99% qui resteront sur Terre, nous ferions mieux de corriger le changement climatique».

La séquence a été diffusée à la veille de l’arrivée du rover Perseverance sur Mars. Ce projet est estimé à 2,7 milliards de dollars (2,2 milliards d’euros) en prenant en compte son développement, son lancement, ses opérations et analyses.

Dans une interview accordée à Euronews, un porte-parole de Friday For Future a déclaré:

«La vidéo soulève la question de la pertinence des programmes spatiaux, compte tenu de l’urgence climatique sur Terre».

«Un nouveau film, et un réveil pour la majorité des humains sur Terre. Nous ferions mieux de corriger le changement climatique, nous n'avons tout simplement pas le choix», précise le mouvement.

Des «absurdités pures»

Le but de ce faux spot publicitaire est de «mettre en évidence des absurdités pures», a expliqué le porte-parole:

«Les programmes spatiaux financés par le gouvernement et les 1% des plus riches du monde ont les yeux rivés vers Mars. Et pourtant, la plupart des humains n’auront jamais la chance de visiter ou vivre sur Mars».

Lire aussi:

Carla Bruni réagit à la condamnation de Nicolas Sarkozy
Reconnu coupable de corruption, Sarkozy écope de trois ans de prison, dont un ferme
Le Kremlin répond à Biden sur l’«annexion de la Crimée»
Tags:
réchauffement climatique, Greta Thunberg, colonisation, Mars
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook