International
URL courte
Par
16829
S'abonner

La teneur de l’atmosphère terrestre en dioxyde de carbone est à un niveau jamais vu depuis des millions d’années, prévient le chercheur britannique David Attenborough alors que les dirigeants mondiaux se réunissent pour un sommet virtuel consacré au changement climatique.

La concentration en dioxyde de carbone de l’atmosphère terrestre a atteint des niveaux inédits, au point que le changement climatique doit être reconnu comme une menace pour la sécurité de l’humanité, a déclaré le naturaliste et journaliste britannique David Attenborough.

Son adresse vidéo a été diffusée avant un sommet virtuel réuni à l’initiative du Premier ministre britannique, Boris Johnson, au Conseil de sécurité de l’Onu.

«Au cours des 150 dernières années, le monde s’est réchauffé d’un peu plus d’un degré Celsius, et aujourd’hui la teneur de notre atmosphère en dioxyde de carbone est à un niveau jamais vu depuis des millions d'années», a exposé le chercheur.

Besoin d’un «niveau inédit» de coopération

«Je vous prie de ne pas commettre une erreur. Le changement climatique est la plus importante menace pour la sécurité à laquelle l’homme moderne ait jamais fait face», a souligné M.Attenborough.

Selon lui, face à l’ampleur de cette menace, un niveau inédit de coopération internationale est nécessaire afin d’éviter la destruction de villes et de communautés, ainsi que la déstabilisation du monde entier.

Le sommet virtuel initié par Boris Johnson a pour objectif de débattre des implications du changement climatique sur la paix dans le monde. Il se tient quelques jours après le retour formel des États-Unis dans l’accord de Paris sur le climat de 2015.

Lire aussi:

Un sanglier domestiqué venu à la rencontre de chasseurs abattu à bout portant – images choc
Un agriculteur canadien attrape à mains nues un lynx qui a tué ses poules – vidéo
La Défense russe réagit aux propos du Premier ministre arménien sur les Iskander
Tags:
Conseil de sécurité de l'Onu, menaces, Boris Johnson, dioxyde de carbone, réchauffement climatique
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook