International
URL courte
Par
318814
S'abonner

Affirmant avoir consulté des informations selon lesquelles les Américains pourraient rester en Syrie «jusqu’à faire effondrer le pays», Sergueï Lavrov a fait part de son intention d’aborder le sujet avec l’administration Biden.

Suite aux frappes réalisées par les États-Unis à la frontière syro-irakienne, Sergueï Lavrov a évoqué ce 26 février des informations non-confirmées selon lesquelles Washington envisage de rester en Syrie indéfiniment. Un sujet qu’il veut aborder avec l’administration Biden.

«Depuis peu, nous voyons circuler des informations que nous ne pouvons confirmer pour l’instant, provenant de différentes sources, [selon lesquelles, ndlr] les États-Unis prendraient la décision de ne jamais quitter la Syrie, jusqu’à faire effondrer le pays», a déclaré le ministre des Affaires étrangères lors d’une conférence de presse tenue à Moscou à l’issue des négociations avec son homologue afghan Mohammad Hanif Atmar.

«Nous voulons poser cette question directement aux Américains», a-t-il ajouté.

En évoquant différents types de communications dont la «déconfliction» avec les Américains, il a confirmé leur présence en Syrie et a assuré la nécessité d’un tel mécanisme pour éviter des affrontements.  M.Lavrov a également invoqué l’importance de la reprise des contacts avec la partie américaine.

«Nous espérons que la nouvelle administration [Biden, ndlr] formera dans un premier temps ses équipes à cet objectif», conclut-il.

Les Russes avertis cinq minutes avant les frappes

Commentant la récente attaque américaine contre une structure appartenant à ce que le Pentagone a présenté comme une milice soutenue par l'Iran, Sergueï Lavrov a fait savoir que les militaires russes avaient été avertis «à quatre ou cinq minutes» avant la frappe.

«C’est évident que lorsque l’on parle de l’arrêt du conflit, comme le veut la tradition des relations russo-américaines, un tel avertissement fait au moment de la réalisation d’une frappe n’apporte rien», souligne le ministre.

Les ministères russe et syrien des Affaires étrangères ont condamné ces frappes. Moscou appelle «au respect inconditionnel de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de la Syrie» et rejette toute tentative de la transformer en «une arène de règlement de comptes géopolitiques», a lancé Maria Zakharova.

Damas, à son tour, a fustigé les frappes et a mis en garde contre l’escalade des tensions.

Lire aussi:

Tous vaccinés contre tous confinés: «il existe une troisième alternative»
La Russie annonce répondre à un déploiement massif de troupes de l'Otan à sa frontière
«Toutes les personnes qui vont aller se faire vacciner sont des cobayes», lance une députée française
Tags:
Joe Biden, États-Unis, frappes, Syrie, Sergueï Lavrov
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook