International
URL courte
Par
151466
S'abonner

Si la question du nucléaire iranien est sous les feux de la rampe, celle nucléaire israélien reste dans l’ombre. La diffusion de photos satellites du site nucléaire israélien de Dimona pourrait bien embarrasser les autorités politiques du pays. L’État hébreu parviendra-t-il à cacher sa technologie aux instances internationales et à ses ennemis?

Les images satellitaires diffusées par un groupe d’experts nucléaires internationaux ont remis la question du nucléaire israélien en lumière.

Tel-Aviv effectuerait d’importants travaux sur son site nucléaire de Dimona, situé dans le sud du pays. Mais à quelle fin? Les hypothèses se multiplient. Serait-ce dans le but de créer à terme un nouveau réacteur en remplacement de l’ancien, vieux de près de 60 ans? Serait-ce pour agrandir la surface de recherche scientifique ou de traitement des déchets, qui s’accumulent? Les autorités israéliennes pourraient aussi être tentées d’améliorer la sécurité de ce site ultra-sensible, face aux bombardements lancés de Gaza ou face à la menace des milices pro-iraniennes.

Mais, quelle que soit la raison de ce chantier, sa médiatisation pourrait mettre en danger le nucléaire israélien, secret de Polichinelle que Tel-Aviv s’est toujours farouchement refusé d’admettre. D’autant plus dans ce contexte de tension avec le nucléaire iranien.

Plus d’informations dans ce nouveau Lignes Rouges en bref.

Lire aussi:

«Toutes les personnes qui vont aller se faire vacciner sont des cobayes», lance une députée française
L’Iran suspend sa coopération avec l’UE dans plusieurs domaines
«Reprendre le pouvoir»: «Une partie des endormis va se réveiller», prédit François Boulo
Tags:
Joe Biden, Mohammad Javad Zarif, Emmanuel Macron, Benjamin Netanyahou, ONU, Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), désarmement, nucléaire, Iran, Israël
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook