International
URL courte
Par
7911247
S'abonner

En expliquant les récentes frappes menées par Washington contre des infrastructures appartenant, selon le Pentagone, à des milices pro-iraniennes, Joe Biden a affirmé que ces dernières planifiaient de nouvelles attaques contre les Américains.

Le Président américain affirme que ces milices soutenues par l'Iran en Syrie planifiaient de nouvelles attaques en Irak contre le contingent des États-Unis et de la coalition qu’ils dirigent. Il a présenté ce fait comme l’une des causes des frappes réalisées le 25 février contre des infrastructures situées dans l'est de la Syrie, dans une lettre publiée samedi sur le site de la Maison-Blanche.

Ces milices ont été impliquées dans des attaques récentes contre les Américains, y compris celle du 15 février 2021 à Erbil, en Irak, qui a fait cinq blessés et un mort, selon la Maison-Blanche.

«En réponse, j'ai dirigé cette action militaire pour protéger et défendre notre personnel et nos partenaires contre ces attaques et des attaques futures», a écrit Joe Biden.

L'armée américaine a ciblé le 25 février un site dans le nord-est de la Syrie utilisé, selon Washington, par des milices soutenues par l'Iran, faisant des morts. Les frappes ont été réalisées en réponse aux récentes attaques contre des cibles militaires américaines dans la région.

Les États-Unis visent ainsi à avertir Téhéran qu’il ne peut pas «agir avec impunité», avait précédemment déclaré Joe Biden.

Réactions partagées

Commentant les faits, la France a déclaré se trouver «au côté de ses alliés américains», jugeant «inacceptables» les attaques conduites récemment contre plusieurs sites de la Coalition internationale en Irak, selon le communiqué du Quai d’Orsay.

Moscou a de son côté fermement condamné les frappes, en rappelant que les États-Unis se trouvaient illégalement en Syrie. Qui plus est, Washington n’avait averti la Russie que quatre ou cinq minutes avant d’agir, a fait savoir le ministre russe des Affaires étrangères. La porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova a pour sa part appelé «au respect inconditionnel de la souveraineté et de l'intégrité territoriale de la Syrie».

Lire aussi:

«Danger pour la France», «guerre d’influence»: Jordan Bardella dézingue la Turquie d’Erdogan
Le centre d'enrichissement de Natanz touché par un acte «terroriste antinucléaire», selon Téhéran
Quand Erdogan dit ce que Zelensky veut entendre: des politiques criméens commentent le soutien turc
Tags:
frappes, Syrie, États-Unis, Joe Biden
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook