International
URL courte
Par
11617
S'abonner

Le pape François est en Irak pour une visite historique. Si l’évêque de Rome s’y rend en pèlerinage, il vient soutenir des chrétiens très ébranlés par le martyre de leurs frères. Mais en s’entretenant avec l’ayatollah al-Sistani, personnalité de premier plan dans le pays, François donnera aussi une connotation politique à son voyage.

Ce vendredi 5 mars, le pape François est arrivé en Irak pour un séjour qui durera trois jours.

 Le descendant de Pierre effectue là une première historique. Aucun de ses prédécesseurs n’avait foulé la terre irakienne. Outre sa venue en pèlerinage, dans l’ancienne cité antique d’Ur, sur la terre d’Abraham, François parcourra ce pays martyr de long en large pour consoler ses frères chrétiens. Mais son discours de paix et de tolérance s’adressera évidemment à l’ensemble des citoyens irakiens comme l’illustre sa rencontre avec les politiques de Bagdad aujourd’hui et celle de la figure du chiisme irakien prônant la laïcité de l’Etat, l’ayatollah al-Sistani.

Plus d’information dans ce nouveau Lignes Rouges en bref.

Lire aussi:

L'ancien ministre Éric Raoult est mort
Expulsion de diplomates, interdiction d'entrée: Moscou riposte aux sanctions US
Sans assimilation, le risque «d’une guerre de tous contre tous»? – vidéo
Les sirènes d'alerte de nouveau déclenchées dans le sud d’Israël
Tags:
chrétiens d'Orient, Pape François, Etat islamique, Daech, islamisme, islam, Kurdistan irakien, Mossoul, Bagdad, Iran, Irak
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook