International
URL courte
Par
4411
S'abonner

Protestant contre la participation d’un consul polonais à une manifestation non-autorisée en hommage aux «soldats maudits», la Biélorussie a demandé que le diplomate quitte le pays.

Le ministère biélorusse des Affaires étrangères a exigé qu’un consul polonais quitte le pays suite à une «violation flagrante» de la Convention de Vienne, annonce ce mardi 9 mars le service de presse du ministère.

«Le 9 mars 2021, le ministère biélorusse des Affaires étrangères a convoqué Martin Wojciechowski, chargé d'affaires polonais en Biélorussie, pour protester fermement contre la participation du chef du consulat général de Pologne à Brest, Jerzy Timofejuk, à un événement informel organisé le 28 février à Brest en hommage aux "soldats maudits", réunissant des représentants d'ONG et d'organisations de jeunesse liées à la Pologne», est-il possible de lire dans le communiqué de la diplomatie biélorusse.

Le ministère explique cette décision par le fait que la participation à ce rassemblement et donc «l'héroïsation des criminels de guerre» est «tout à fait inacceptable». En outre, cela viole la Convention de Vienne sur les relations consulaires.

Les «soldats maudits»

Les «soldats maudits» sont des membres d'organisations clandestines antisoviétiques et anticommunistes formées en Pologne vers la fin de la Seconde Guerre mondiale. L’une de leurs figures phares était Romuald Rajs, un criminel de guerre responsable de meurtres en masse de gens en raison de leur nationalité et de leur religion.

Le ministère biélorusse des Affaires étrangères a à maintes reprises indiqué sa position de principe sur les «soldats maudits» et l’a plusieurs fois signalée à la partie polonaise.

Lire aussi:

L'ancien ministre Éric Raoult est mort
Expulsion de diplomates, interdiction d'entrée: Moscou riposte aux sanctions US
Repas haut de gamme: une sénatrice surprise par Mediapart à la sortie d’un déjeuner dans un hôtel
Tags:
expulsions, Pologne, consul, Biélorussie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook