International
URL courte
Par
191
S'abonner

Alors que l'UE est confrontée à des retards de livraison dus notamment à la législation américaine, les entreprises pharmaceutiques indiennes ont tiré la sonnette d’alarme en affirmant que la production mondiale de vaccins contre le coronavirus était menacée par le contrôle des exportations américaines, fait savoir le Financial Times.

Des retards de livraison de vaccins ont déjà touché l’Europe. De ce fait, l’Inde a alerté contre les obstacles à la production de vaccins, notamment AstraZeneca et Johnson & Johnson, à cause de la législation américaine, le Defense Production Act. Ce dernier pourrait empêcher l’exportation de certains produits nécessaires à la fabrication non seulement de vaccins contre le Covid-19 mais aussi contre d’autres maladies.

Ainsi, Adar Poonawalla, le directeur exécutif de Serum Institute, le plus grand fabricant mondial de vaccins, a attiré l’attention sur le fait que les efforts mondiaux de vaccination pourraient être sapés par la loi américaine, qui permet aux entreprises de mettre en avant et honorer d’abord des commandes pour des besoins militaires du gouvernement du pays. De ce fait, les fournisseurs américains peuvent notamment avoir des difficultés pour honorer leurs commandes d’export. Selon lui, pour produire le vaccin Novavax, l'institut indien a besoin de matières premières venant des États-Unis. S’il n’est pas en mesure d’en obtenir, ce sera un facteur majeur de limitation de la production.

À son tour, Mahima Datla, la directrice exécutive de l’entreprise Biological E, qui produit le vaccin Johnson & Johnson, a évoqué le même problème lié à des livraisons de commandes à des fournisseurs américains. Son entreprise Biologique E, basée à Hyderabad, fournit des vaccins à l'OMS et à l'Unicef pour distribution dans le monde entier.

Les composés qui sont un élément crucial de la production de vaccins comprennent les matières plastiques telles que les fermenteurs jetables et les sacs fabriqués par un nombre limité d'entreprises. Certains fabricants de vaccins ont presque arrêté la production en raison du manque de ces matériaux. Il y a aussi besoin d’agents réactifs de laboratoire, utilisés pour des tests chimiques, a-t-elle ajouté.

Mahima Datla a appelé à une coopération internationale urgente, soulignant que cette situation «va non seulement rendre difficile la production des vaccins anti-Covid, mais à cause de cela, ceci rendra la fabrication de vaccins de routine extrêmement difficile».

Les statistiques sur les contrats à l’export des USA

Alors que ces soucis ont été évoqués par l’Inde, les producteurs de vaccins élaborés aux États-Unis à ce jour ont déjà des contrats importants à l’export avec de nombreux pays. Ainsi, ils ont un contrat pour 400 millions de doses de vaccin Johnson & Johnson pour l’Europe, selon les données récoltées par l’Unicef. Ces statistiques sont basées sur le nombre total de doses réservées par les pays et unions. Cependant, la grande majorité de ces doses n'ont pas encore été produites et livrées.

Pour le vaccin Pfizer par exemple, l’Union européenne a réservé plus de 500.000 doses, alors que 40 millions de doses sont prévues pour la plateforme internationale Covax. 

Parmi d’autres, plus de 400 millions de doses de vaccin Moderna sont réservées à l’Union européenne, plus de 15 millions au Royaume-Uni et environ 60 millions au Brésil.

Plus de 137 contrats de livraisons de vaccins étaient conclus au début du mois de mars 2021, selon les informations relayées par Bloomberg.

Defence Production Act of 1950

Le Président états-unien Joe Biden et son prédécesseur Donald Trump ont tous les deux fait appel au Defence Production Act, mis en place à l’époque de la guerre de Corée, pendant la pandémie pour sécuriser les approvisionnements prioritaires de matériaux nécessaires pour gérer la crise sanitaire dans le pays. Joe Biden a notamment signé le 31 janvier un décret invoquant le Defence Production Act of 1950 pour augmenter la production d’équipements nécessaires à la vaccination dans le cadre de son plan de lutte contre la pandémie.

L'administration Trump a aussi utilisé le Defense Production Act pour encourager la production de ventilateurs, de masques et d'autres articles. Toutefois, selon ses détracteurs, la loi n'a pas été suffisamment appliquée.

Mais tandis que les les États-Unis ont commandé plus que suffisamment de doses pour chaque adulte du pays, les fournisseurs américains se battent pour exécuter des contrats à l'extérieur du pays.

Adopté le 8 septembre 1950, au début de la guerre de Corée, le Defense Production Act permet aux autorités de charger les sociétés privées d’accélérer la production et les livraisons de produits concrets en cas de situation d’urgence.

Lire aussi:

«Danger pour la France», «guerre d’influence»: Jordan Bardella dézingue la Turquie d’Erdogan
Le centre d'enrichissement de Natanz touché par un acte «terroriste antinucléaire», selon Téhéran
Quand Erdogan dit ce que Zelensky veut entendre: des politiques criméens commentent le soutien turc
Tags:
Covid-19, exportations, production, vaccin
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook