International
URL courte
Par
8767522
S'abonner

Ce 18 mars, le Président russe a répondu à son homologue américain qui a la veille déclaré que Vladimir Poutine était «un tueur», promettant qu'il en paiera «le prix».

Vladimir Poutine a réagi aux propos de Joe Biden qui, interrogé hier par un journaliste de la chaîne américaine ABC, a qualifié le Président russe de «tueur».

«C'est celui qui le dit qui l'est», a rétorqué le chef de l’État russe lors d’une rencontre en ligne avec les représentants de l’opinion publique de la Crimée.

Il a expliqué que dans son enfance, «lorsque nous nous disputions les uns avec les autres, on disait: "C'est celui qui le dit qui l'est"». D’après le Président russe, «ce n’est pas par hasard, ce n’est pas juste un proverbe d’enfants et une blague, il y a le sens profond, psychologique».

Se regarder dans le miroir

Selon Vladimir Poutine, «il y a plusieurs événements atroces, dramatiques et sanglants dans l’histoire de chaque peuple».

«Mais lorsque nous évaluons d’autres personnes, ou même d’autres États ou d’autres peuples, on dirait que c’est toujours comme si nous nous regardions dans le miroir, nous nous y voyons. Parce que nous faisons peser sur quelqu'un d'autre ce que nous respirons nous-mêmes, ce que nous sommes en réalité.»

«Je lui dirais: portez-vous bien»

«On se connait personnellement. Et voici ce que je lui dirais. Je lui dirais: portez-vous bien. Je lui souhaite une bonne santé», a ajouté le chef de l’État russe, précisant qu’il parlait «sans ironie et sans blague».

Une première

Plus tôt dans la journée, le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov avait souligné que des déclarations similaires à celles du Président américain n’avaient jamais été prononcées dans l’histoire des relations entre Moscou et Washington.

Ainsi, le Kremlin estime que Joe Biden ne cherche pas à améliorer ses liens avec la Russie et qu’à l’avenir, ses autorités se fondront sur ceci dans leurs rapports avec Washington.

Lire aussi:

L'ancien ministre Éric Raoult est mort
Expulsion de diplomates, interdiction d'entrée: Moscou riposte aux sanctions US
Sans assimilation, le risque «d’une guerre de tous contre tous»? – vidéo
Tags:
États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook