International
URL courte
Par
9313824
S'abonner

Les commentaires ironiques d’un membre de la Fondation pour la recherche stratégique à propos de la prochaine visite de parlementaires français à Taïwan a suscité l’irritation de l’ambassade de Chine en France.

Sur sa page Twitter, l’ambassade de Chine à Paris s’en est prise au chercheur Antoine Bondaz de la Fondation pour la recherche stratégique (FRS), le traitant de «petite frappe».

Le contenu du poste laisse entendre que l’ambassade a été agacée par le fait que le scientifique l’ait taguée dans un message sur la réaction du Quai d’Orsay aux préoccupations de Pékin quant à la visite prochaine de sénateurs français à Taïwan:

En février, l’ambassadeur de Chine avait envoyé une lettre à Alain Richard, chef du groupe d'échanges et d'études Sénat-Taïwan, demandant qu’aucune réunion susceptible de nuire aux relations franco-chinoises ne soit organisée lors de la visite programmée pour l’été prochain. L’ambassade a également publié sur son site une mise en garde formelle adressée aux parlementaires contre la violation du principe d’une seule Chine.

Ce mercredi 17 mars, le ministère français des Affaires étrangères a déclaré que les sénateurs français étaient libres de rencontrer qui ils veulent lors de leurs déplacements.

«J’attends mieux des prochains tweets»

Se félicitant de cette réaction de Paris, le chercheur a envoyé «un gros bisou» à l’ambassade ainsi qu’à ses «trolls». Loin d’être impressionné, M.Bondaz a indiqué «attendre mieux des prochains tweets».

Dans un autre tweet rédigé en anglais, le scientifique souligne qu’«insulter les chercheurs au lieu de débattre avec eux est un signe de faiblesse» et se déclare prêt «à tout débat public avec des diplomates chinois».

Pékin persiste et signe

Le 19 mars, le porte-parole de l’ambassade chinoise a de nouveau fait valoir que la position de son gouvernement sur la question de Taïwan était «constante et claire»:

«Nous nous opposons à toute forme de contact officiel entre les pays ayant des relations diplomatiques avec la Chine et les autorités taïwanaises. C’est le sens inhérent au respect du principe d’une seule Chine», expose l’ambassade sur Twitter, précisant que «des mesures» seront prises en conséquence de tels contacts.

Lire aussi:

Et si les vaccins étaient inutiles et inefficaces? La France face au péril du variant brésilien
Finkielkraut «bug» en plein direct sur CNews, n’ayant pas compris que l’émission avait commencé – vidéo
De Lyon à Moscou pour le vaccin russe: un avocat français livre à Sputnik son expérience
Tags:
insulte, chercheurs, Taïwan, Chine, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook