International
URL courte
Par
22877
S'abonner

Les relations bilatérales entre la Chine et l’Algérie dans différents secteurs, de l’économie au domaine politique en passant par la lutte contre l’épidémie de Covid-19, ont été examinées par l’ambassadeur chinois à Alger dans une tribune publiée dans le China Daily.

Depuis que l'Algérie est devenue, en 2014, le premier pays arabe à établir un partenariat stratégique global avec la Chine, les rapports bilatéraux ont reçu une impulsion particulière et se développent sur «une base politique solide» pour donner «des résultats fructueux», affirme Li Lianhe, ambassadeur chinois en Algérie.

«La Chine est le plus grand importateur en Algérie et son principal partenaire commercial depuis des années», indique-t-il dans un article qu’il signe dans le China Daily.

Lutte contre la pandémie

Li Lianhe évoque notamment l’étroite coopération entre les deux pays pendant l’épidémie de Covid-19. Au début de la lutte de la Chine contre le nouveau coronavirus, l’Algérie a été l'un des premiers pays à lui livrer d’urgence du matériel médical. Lorsque l'Algérie s’est retrouvée à son tour aux prises avec la maladie, Pékin a offert son aide en retour, rappelle-t-il.

Les deux pays «se sont constamment entraidés dans les moments difficiles» et «ont établi un modèle de coopération internationale dans la lutte contre la pandémie».

Ainsi, le 27 mars 2020, un avion en provenance de Pékin s’est posé à Alger avec à bord une équipe médicale chinoise, du matériel de protection et de dépistage, ainsi que des respirateurs, le tout pour un total de 420.000 euros.

Un an plus tard, un don de 200.000 doses de vaccin Sinopharm destiné à l'Algérie a été réceptionné le 24 février 2021 à l'aéroport militaire de Boufarik.

La Chine et l’Algérie continueront d’approfondir leur coopération pratique dans divers domaines, poursuit l’ambassadeur.

«La pandémie a mis en évidence la force de l'amitié entre les deux pays et les avantages de leur coopération pratique», constate Li Lianhe.

Pékin «s'opposera à toute ingérence» dans les affaires d’Alger

Sur le plan international, la Chine continuera de soutenir la progression de l’Algérie dans la voie du développement.

Elle «s'opposera fermement à toute ingérence extérieure dans ses affaires intérieures. La Chine souhaite continuer à travailler avec l'Algérie pour approfondir en permanence le partenariat stratégique global».

En outre, la Chine fournira des avantages à l'Algérie lorsque cette dernière achètera des vaccins chinois et «s'opposera fermement à tout nationalisme dans la distribution des vaccins contre le Covid-19», ajoute l’ambassadeur.

«Amie, partenaire et sœur de l'Algérie»

Pékin soutient la «vision d’une Algérie nouvelle» prônée par le Président Abdelmadjid Tebboune, affirme Li Lianhe. Il constate dans ce contexte que le pays concentre aujourd’hui ses efforts sur la réalisation de cette vision et sur la prospérité économique.

«En tant qu’amie, partenaire et sœur de l'Algérie, la Chine souhaite partager sa propre expérience de développement, aider les entreprises chinoises à continuer leur participation à la construction économique et sociale en Algérie, à renforcer la synergie de l'initiative Ceinture et route avec la vision d’une Algérie nouvelle.»

Pékin se propose notamment de prendre part à la construction du port Centre d’El Hamdania, situé dans la commune de Cherchell. Les travaux, prévus pour sept ans, seront financés notamment par un crédit à long terme d'Exim Bank of China, rappelle Business France.

Plus de 60 ans de relations

Dans un article consacré au 62e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre les deux pays, en décembre 2020, l’agence Algérie Presse Service rappelait qu’historiquement la Chine avait été le premier pays non arabe à reconnaître le Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) après sa proclamation en 1958. Tout comme l’État algérien a été parmi les premiers pays africains à reconnaître la RPC.

Depuis 2013, la Chine est devenue le premier fournisseur de l’Algérie, loin devant les partenaires européens traditionnels, français notamment, affirmait en décembre 2020 Middle East Eye. Entre 2016 et 2019, elle a renforcé sa présence commerciale avec une part de marché de 18% à 20% et, en moyenne, plus de huit milliards de dollars (plus de 6,7 milliards d’euros) d’exportations annuelles, selon les chiffres officiels des douanes algériennes.

Lire aussi:

Et si les vaccins étaient inutiles et inefficaces? La France face au péril du variant brésilien
Finkielkraut «bug» en plein direct sur CNews, n’ayant pas compris que l’émission avait commencé – vidéo
Tous vaccinés contre tous confinés: «il existe une troisième alternative»
Tags:
Covid-19, relations, Algérie, Chine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook