International
URL courte
Par
20611
S'abonner

Le chef-adjoint du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie a invité la Turquie à coopérer pour trouver les responsables du récent pilonnage de quartiers résidentiels d’Alep.

Les militaires russes ont demandé à la Turquie d’aider à identifier les radicaux qui ont récemment pilonné la ville d’Alep en Syrie, faisant des morts et des blessés.

«Nous espérons que la partie turque apportera une assistance pour élucider cette question», a déclaré ce mercredi 24 mars le chef-adjoint du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, le contre-amiral Alexandre Karpov.

L’officier a rappelé que le 21 mars les radicaux avaient attaqué les quartiers résidentiels d’Alep avec des lance-roquettes multiples.

«Cet acte criminel et sans précédent des terroristes a fait deux morts et 17 blessés parmi les civils. Les responsables doivent être identifiés et punis», a-t-il insisté.

Une coopération tendue

Moscou et Ankara travaillent à une solution au conflit en Syrie après 10 ans de guerre dévastatrice. Alors que la Russie soutient le gouvernement de Damas, la Turquie épaule plusieurs groupes rebelles sur le terrain. En 2016, la Turquie avait lancé l’opération Bouclier de l’Euphrate, prenant le contrôle de plus de 2.000 kilomètres carrés dans le nord de la Syrie et y repoussant les Kurdes des Forces démocratiques syriennes (FDS).

Il y a un an, les deux parties avaient convenu d’un cessez-le-feu dans le gouvernorat d’Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie, afin d’éviter l’escalade après la mort de 36 soldats turcs dans une offensive de l’armée syrienne.

La situation dans la zone reste néanmoins tendue. En novembre 2020, la Défense russe avait fait part d’une importante augmentation du nombre d’attaques contre les forces syriennes menées depuis le gouvernorat d’Idlib.

Récents incidents

La semaine dernière, le ministère turc de la Défense nationale avait fait état de la chute de roquettes tirées depuis des zones contrôlées par les forces syriennes dans une région frontalière du sud de la Turquie.

Le ministère a annoncé avoir «envoyé une notification» à la Russie pour demander l’arrêt des tirs. Ankara a en outre mis en alerte ses troupes stationnées dans la région.

En février, la partie turque a annoncé l’arrestation de cinq Russes, dont une djihadiste présumée, qui tentaient de franchir illégalement la frontière syrienne vers la Turquie.

En octobre 2020, Recep Tayyip Erdogan a accusé les forces russes en Syrie d’avoir frappé un camp de rebelles pro-Turquie qui avait fait des dizaines de morts, reprochant à Moscou de ne pas vouloir d’une «paix durable» dans le pays.

Lire aussi:

Le centre d'enrichissement de Natanz touché par un acte «terroriste antinucléaire», selon Téhéran
Le nombre de nouveaux cas de Covid-19 replonge sous la barre des 35.000 en 24h en France
Ce propriétaire d’hôtel avait loué une chambre à Xavier Dupont de Ligonnès la première nuit de sa cavale
Tags:
Bouclier de l'Euphrate (opération militaire turque), Forces démocratiques syriennes (FDS), Syrie, Russie, Alep, Turquie, Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook