International
URL courte
Par
319710
S'abonner

La Corée du Nord a déclaré samedi que Joe Biden avait révélé «son hostilité profonde» envers Pyongyang et empiété sur son droit à l'autodéfense en critiquant son dernier essai de missile, rapporte l'agence de presse officielle KCNA.

Vendredi, la Corée du Nord a affirmé avoir lancé un nouveau type de missile balistique tactique à courte portée. Joe Biden a déclaré que cet essai violait les résolutions du Conseil de sécurité de l'Onu, mais qu'il restait ouvert à la diplomatie avec Pyongyang.

Ri Pyong-chol, secrétaire du Comité central du Parti des travailleurs au pouvoir, a déclaré que l'essai de missile était une mesure d'autodéfense contre les menaces que représentent la Corée du Sud et les États-Unis avec leurs exercices militaires conjoints et leurs armes de pointe.

«Nous exprimons notre profonde appréhension à l'égard du chef de l'exécutif américain qui qualifie notre tir d'essai, exercice du droit de notre État à l'autodéfense, de violation des «résolutions» de l'Onu et révèle ouvertement son hostilité profonde», a-t-il déclaré dans un communiqué repris par KCNA.

Le secrétaire du Comité central du Parti des travailleurs a ensuite ajouté que «de telles remarques de la part du Président américain constituent un empiètement non déguisé sur le droit à l'autodéfense de notre État et une provocation à son égard».

Ri Pyong-chol a averti que Washington pourrait faire face à «quelque chose qui n'est pas bon» s'il continue à faire «des remarques irréfléchies sans penser aux conséquences.»

Lire aussi:

Tous vaccinés contre tous confinés: «il existe une troisième alternative»
La Russie annonce répondre à un déploiement massif de troupes de l'Otan à sa frontière
«Toutes les personnes qui vont aller se faire vacciner sont des cobayes», lance une députée française
Ramadan au Maroc: non-musulmans et non-pratiquants réclament la liberté de «dé-jêuner» en paix
Tags:
Joe Biden, États-Unis, exercices, Corée du Sud, Corée du Nord, Pyongyang
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook