International
URL courte
Par
15768
S'abonner

Le média iranien de langue anglaise Press TV a vu sa page Facebook définitivement fermée. Il dénonce une censure de la part de plusieurs autres géants américains, notamment Twitter et Google.

«Une nouvelle attaque contre la liberté d’expression», dénonce la chaîne iranienne Press TV vendredi 26 mars, après que sa page Facebook a été fermée de façon définitive. Sans avertissement préalable, Facebook a fait savoir que le compte avait été fermé pour violation des normes communautaires du réseau, sans spécifier quel contenu est concerné.

«Nous avons déjà examiné cette décision et elle ne peut être annulée», a indiqué Facebook auprès du média iranien de langue anglaise.

La page, qui comptait quatre millions d’abonnés, avait déjà été temporairement fermée le 12 janvier avant d’être restaurée à la suite d’un appel du média. Ce jour-là, l’ancien secrétaire d’État américain Mike Pompeo avait accusé l’Iran d’être la «nouvelle base» d’Al-Qaïda*.

La chaîne s’estime victime de censure, non seulement par Facebook, mais aussi par les médias sociaux américains en général. En septembre 2020, son compte YouTube Press TV avait été fermé, et Google lui a bloqué l’accès à l’ensemble de ses services, notamment Google Drive et Gmail, justifiant des violations des «lois sur l’exportation».

Censure

Toujours selon Press TV, qui assure vouloir «offrir un espace pour la liberté d’expression», les plateformes américaines utilisent le prétexte des «violations des politiques» pour faire taire les médias iraniens. Au cours de l’année 2020, de nombreuses photos et vidéos en hommage au général Qassem Soleimani ont été supprimées de Facebook et Instagram.

Plus généralement, depuis l’été 2020, les réseaux comme Facebook et Twitter ont qualifié Press TV (Iran), Sputnik (Russie) et Xinhua (Chine) de «médias affiliés à un État». Selon Twitter, l’objectif est de «fournir aux gens un contexte pour qu'ils puissent prendre des décisions éclairées sur ce qu'ils voient».

La mention en question n’a été ajoutée ni à France 24, ni à RFI, ni à Franceinfo, ni à France Bleu, tous appartenant à l'État français. Même la Deutsche Welle (Allemagne), la BBC World News (Royaume-Uni) et Radio Free Europe/Radio Liberty (USA) n’en ont pas, alors qu’il s’agit bel et bien de médias d’État.

 

*Organisation terroriste interdite en Russie

Lire aussi:

«Colère», «dégoût», «honte»: pourquoi tant de haine envers Emmanuel Macron?
La République tchèque expulse près de 70 employés de l’ambassade russe, Moscou promet une réponse
Les concepteurs du Spoutnik V «étonnés» par le silence des médias sur les décès après injection du Pfizer
La France menace la Russie et Poutine au sujet de Navalny, promettant des sanctions en cas de décès
Tags:
Twitter, Google, réseaux sociaux, censure, Press TV, Facebook
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook