International
URL courte
Par
6160
S'abonner

La page Facebook de Nicolas Maduro a été temporairement gelée, selon Reuters. Le réseau social l’accuse de désinformation sur le Covid-19, citant une vidéo dans laquelle le Président vénézuélien présente un médicament «miracle» contre le Covid, dont les effets n’auraient pas été prouvés scientifiquement.

En janvier dernier, Nicolas Maduro présentait le Carvativir, un médicament «miracle» contre le Covid-19. Un produit dont les effets n’ont toutefois pas été prouvés. Après avoir supprimé le contenu à ce sujet sur la page, Facebook a décidé de geler temporairement le compte du Président vénézuélien, justifiant agir dans le cadre de la lutte contre la désinformation sur l’épidémie.

«En raison de violations répétées de nos règles, nous gelons également la page pendant 30 jours, durant lesquels elle sera en lecture seule», a déclaré un porte-parole de Facebook à Reuters, affirmant «suivre les directives de l’OMS qui indiquent qu’il n’existe actuellement aucun médicament pour soigner le virus».

Dans la vidéo en question, M.Maduro affirmait que le Carvativir était sans effet secondaire et pouvait être utilisé à titre préventif ou thérapeutique contre le coronavirus. Les professionnels de la santé du pays ont toutefois admis que le produit était en fait un extrait de thym, utilisé dans certaines thérapies homéopathiques… et en cuisine.

Les administrateurs de la page ont été informés de la violation de la politique, a ajouté le porte-parole, soulignant que rien ne changera pour le compte Instagram (qui appartient à Facebook) du Président.

Décision «abusive et dictatoriale»

Début février, au moment de la suppression du contenu, Nicolas Maduro a exprimé sa colère envers le réseau social: «ils censurent toutes les vidéos où je montre le Carvativir, Facebook a retiré de ma page de manière abusive et dictatoriale la vidéo complète, qui explique comment le Venezuela a fait tous les tests scientifiques du Carvativir».

Le Président vénézuélien a appelé à réfléchir aux abus, selon lui, commis par les responsables des réseaux sociaux. «Ce sont des personnes multimillionnaires qui cherchent à imposer leurs vérités, leurs raisons, leurs abus, dans le monde», accuse-t-il.

Campagne contre la désinformation sur la Toile

Face aux allégations trompeuses ou fausses sur les vaccins anti-Covid-19, les réseaux sociaux ont récemment pris plusieurs mesures.

YouTube a ainsi retiré plus de 30.000 vidéos au cours des six derniers mois. Selon les règles de la plateforme, les vidéos qui enfreignent sa politique en matière de vaccins sont celles qui contredisent le consensus des experts des autorités sanitaires ou de l'Organisation mondiale de la santé sur les vaccins.

À l'instar de YouTube, les réseaux sociaux Facebook et Twitter ont mis en place des mesures pour endiguer la désinformation liée aux vaccins. Twitter a annoncé début mars son intention de renforcer sa lutte contre la désinformation sur les vaccins, avec notamment la possibilité de bannir les utilisateurs au bout de cinq rappels à l'ordre.

Mais ce ne fut pas sans couacs. En cherchant à lutter contre la désinformation sur les vaccins, un filtre de Facebook a également supprimé certaines publicités d’autorités sanitaires promouvant ceux-ci.

Lire aussi:

«Danger pour la France», «guerre d’influence»: Jordan Bardella dézingue la Turquie d’Erdogan
Le centre d'enrichissement de Natanz touché par un acte «terroriste antinucléaire», selon Téhéran
Quand Erdogan dit ce que Zelensky veut entendre: des politiques criméens commentent le soutien turc
Tags:
Venezuela, médicaments, désinformation, Covid-19, Facebook, Nicolas Maduro
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook