International
URL courte
Par
5020
S'abonner

Un restaurateur de Vérone, en Italie, a été accusé en janvier d'être lié à un réseau tentant d'échapper aux sanctions imposées par les États-Unis au secteur pétrolier vénézuélien. Le Trésor américain vient de réparer l’injustice.

L'administration Biden a levé les sanctions que ses prédécesseurs de la présidence Trump avaient imposées à l’établissement de l’Italien Alessandro Bazzoni pour son implication présumée dans le contournement des sanctions contre le Venezuela, a indiqué le 31 mars le département du Trésor sur son site.

L'erreur remonte au 16 janvier, lorsque l'administration Trump, dans l'un de ses derniers actes, ajoute M.Bazzoni sur une liste noire dans le cadre de la campagne de sanctions visant le secteur pétrolier vénézuélien. Il est alors accusé d’être lié à un réseau tentant d'échapper aux sanctions, explique la BBC.

Il aura fallu plus de deux mois avant que le Trésor américain ne reconnaisse son erreur, supprimant les sanctions imposées à la société basée à Vérone, ainsi qu’à une entreprise italienne de design graphique de Porto Torres. Le nom du restaurateur a été retiré de la «liste des personnes spécialement désignées».

«C'était une erreur... Heureusement, tout a été résolu en quelques mois», confie à Reuters M.Bazzoni depuis son restaurant à Vérone, se disant reconnaissant de ne plus être impliqué dans cette affaire.

Selon un responsable du Trésor cité par l’agence, le département a compris que ces deux entreprises appartenaient à des personnes différentes de l’homme qui porte le même nom, et qui coopérait bien avec le secteur pétrolier vénézuélien.

Des erreurs fréquentes

En 2019, l'administration Trump avait imposé des sanctions à la compagnie pétrolière nationale Petroleos du Venezuela (PDVSA) dans le cadre de sa stratégie visant à faire démissionner le Président Nicolas Maduro qu’elle accuse de corruption, de violations des droits de l'homme et de truquage lors de sa réélection en 2018. Les sanctions contre Alessandro Bazzoni s’inscrivaient dans cette série de mesures anti-Maduro.

Or, les conséquences d'une inscription sur une liste de sanctions américaines peuvent être dévastatrices pour les particuliers et les entreprises, l'Amérique étant la plus grande économie du monde, note la BBC.

Régulièrement, les personnes ciblées sont complètement innocentes, et régler le problème, à grands frais, peut prendre des mois, explique à la BBC l’avocat Nicholas Turner. «Parfois, le gouvernement utilise des informations que n'importe qui peut trouver en ligne. Si ces informations n'ont pas été correctement vérifiées, des erreurs se produisent facilement.»

Lire aussi:

L'ancien ministre Éric Raoult est mort
Expulsion de diplomates, interdiction d'entrée: Moscou riposte aux sanctions US
Sans assimilation, le risque «d’une guerre de tous contre tous»? – vidéo
Tags:
Vérone, sanctions, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook