International
URL courte
Par
14423
S'abonner

Alors que les États-Unis ont déjà promis à l’Ukraine aide et protection «en cas d'escalade de l'agression russe», Moscou souligne son opposition à tout conflit, notamment militaire.

Parler d'un conflit potentiel entre la Russie et l'Ukraine est une nouvelle fiction de Kiev, a déclaré à Sputnik le vice-ministre russe des Affaires étrangères Andreï Roudenko.

«La Russie n'est intéressée par aucun conflit avec l'Ukraine, encore moins militaire», a souligné le diplomate.

Selon lui, les nouvelles accusations et menaces des autorités ukrainiennes détournent l'attention des citoyens des problèmes intérieurs du pays, y compris ceux liés à «la baisse de popularité du parti au pouvoir».

Moscou, a noté Roudenko, espère éviter le scénario du pire: «Nous nous attendons à ce que l'Ukraine fasse preuve de prudence et s'abstienne de prendre des mesures susceptibles de provoquer un conflit».

Ce qu’il s’est passé ces derniers temps

La situation dans le Donbass connaît une aggravation depuis le 26 mars, lorsque quatre militaires ukrainiens ont été tués et deux autres blessés près du village de Shumy. Kiev a accusé la milice de la République populaire autoproclamée de Donetsk (RPD), qui a nié son implication. Plus tard, cette dernière a déclaré que les soldats avaient explosé en examinant des champs de mines.

Le 28 mars, les forces armées ukrainiennes ont pilonné avec des mortiers de 120 mm la ville de Horlivka, en RPD, a rapporté l'agence de presse de Donetsk.

Le 30 mars, le New York Times a annoncé de récents mouvements de troupes russes vers les frontières et un réarmement des militaires du Donbass. Des affirmations soutenues par les autorités ukrainiennes et américaines.

Le porte-parole de Vladimir Poutine, Dmitri Peskov, a quant à lui déclaré que la Russie déplaçait ses troupes comme elle l’entendait «sur son territoire» et que «cela ne devrait déranger personne, cela ne présente aucun danger». Selon lui, c’est nécessaire pour assurer la sécurité des frontières car il y a «une activité accrue des forces armées des pays de l'Otan, d'autres organisations, de pays individuels.»

«Tout cela nous oblige à être en alerte», a-t-il ajouté. «Quant à la participation des troupes russes au conflit armé sur le territoire ukrainien, elles n'y ont jamais pris part. Et ne le font pas. Il s'agit d'un conflit ukrainien exclusivement interne», a déclaré M. Peskov.

La Présidence russe a également souligné que «les Ukrainiens rejettent absolument l'idée de tout dialogue avec» la RPD.

Réaction française

Interrogé sur BFM TV vendredi 2 avril, le secrétaire d'État chargé des Affaires européennes Clément Beaune a évoqué ce sujet. «Il y a visiblement un mouvement de troupes. Il faut rester prudent parce qu'il y a parfois beaucoup de provocations, d’intimidations de la part de Vladimir Poutine», a déclaré le responsable français, soulignant toutefois les communications entre les chefs d’État allemand, français et russe à ce sujet. «Je ne crois pas qu’on aura une escalade mais on est très prudent, c’est pourquoi la France et l’Allemagne essaient de pousser le Président russe et le Président ukrainien à reprendre les discussions.»

Alliance américano-ukrainienne

Le 1er avril, le Président ukrainien Volodymyr Zelensky a accusé la Russie de masser des troupes à la frontière. De son côté, le porte-parole de la diplomatie américaine Ned Price a mis en garde Moscou contre «tout acte agressif qui aurait pour but d'intimider ou menacer» l'Ukraine, se disant «préoccupé» par les «récentes escalades d'actes agressifs et provocateurs».

«Le secrétaire américain à la Défense a souligné qu'en cas d'escalade de l'agression russe, les États-Unis ne laisseraient pas l'Ukraine seule», a noté le ministère ukrainien de la Défense après une conversation avec son homologue américain.
Le Kremlin commente

Dmitri Peskov a noté que l'apparition éventuelle de l'armée américaine en Ukraine inciterait inévitablement la Russie à «prendre des mesures supplémentaires».

Selon lui, la situation sur la ligne de contact dans le Donbass est déjà «très effrayante», ce qui est encore aggravé par les provocations des forces armées ukrainiennes.

Lire aussi:

L'armée syrienne repousse une attaque aux missiles de l'aviation israélienne près de Damas
Le nombre de cas quotidiens de Covid-19 en baisse en France
Un ancien élève de Saint-Cyr aurait réclamé 10 millions d’euros pour organiser un coup d’État à Madagascar
Tags:
République populaire autoproclamée de Donetsk (RPD), République populaire autoproclamée de Lougansk (RPL), Donbass
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook