International
URL courte
Par
12626
S'abonner

L'administration américaine de Joe Biden a mis fin vendredi à l'offensive sans précédent lancée par l'ex-Président Donald Trump contre la Cour pénale internationale (CPI) en levant les sanctions contre sa procureur. La diplomatie française a salué la décision.

Les États-Unis ont levé vendredi les sanctions contre la procureur de la Cour pénale internationale (CPI) Fatou Bensouda.

Ces sanctions avaient suscité des critiques internationales après avoir été imposées par l'administration de l'ancien Président américain Donald Trump.

La mesure, annoncée par le secrétaire d'État américain Antony Blinken, lève les sanctions imposées à Fatou Bensouda dans le cadre de son enquête visant à déterminer si les forces américaines ont commis des crimes de guerre en Afghanistan.

Elle retire également Phakiso Mochochoko, chef de la division de la compétence, de la complémentarité et de la coopération de la CPI, de la liste des ressortissants spécialement désignés.

Washington continue «à être en profond désaccord»

Dans un communiqué, Antony Blinken a déclaré que le département d'État avait également mis fin à une politique distincte de 2019 sur les restrictions de visas pour certains membres du personnel de la CPI.

Le secrétaire d'État a ajouté que bien que Washington continue «à être en profond désaccord avec les actions de la CPI relatives aux situations afghane et palestinienne» et à s'opposer aux «efforts de la CPI pour affirmer sa compétence sur le personnel des États non parties tels que les États-Unis et Israël», les États-Unis avaient décidé de lever les sanctions.

Réaction de diplomatie française

Dans un communiqué, le ministre français des Affaires étrangères a salué la décision américaine.

«Je salue l’annonce de la levée par les autorités américaines, le 2 avril 2021, des sanctions qui frappaient la Cour pénale internationale […] Cette décision est une excellente nouvelle pour tous ceux qui sont engagés au service de la lutte contre l’impunité, du multilatéralisme et d’un ordre international fondé sur la règle de droit», a-t-il déclaré dans un communiqué.

Lire aussi:

«Danger pour la France», «guerre d’influence»: Jordan Bardella dézingue la Turquie d’Erdogan
Le centre d'enrichissement de Natanz touché par un acte «terroriste antinucléaire», selon Téhéran
Quand Erdogan dit ce que Zelensky veut entendre: des politiques criméens commentent le soutien turc
Tags:
sanctions, diplomatie, États-Unis, France, Jean-Yves Le Drian, Cour pénale internationale (CPI)
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook