International
URL courte
Par
9451
S'abonner

Des négociations russo-allemandes pourraient être engagées au sujet des délais de livraison du vaccin Spoutnik V, a déclaré ce 8 avril le ministre allemand de la Santé. Cette décision n’aura pourtant aucun effet sur la stratégie vaccinale européenne, a fait savoir dans la journée le porte-parole de la Commission.

Au lendemain de l’annonce d’un contrat préliminaire conclu par la Bavière sur l’achat du Spoutnik V, le ministre allemand de la Santé a annoncé que des négociations bilatérales avec la Russie pourraient être engagées.

Cette déclaration de Jens Spahn survient après que la Commission européenne a annoncé la veille qu’elle n’allait pas signer de contrat pour le Spoutnik V, comme elle l’avait fait avec BioNTech, par exemple.

Le ministre s’est référé à l’Agence européenne des médicaments (EMA) qui avait rejeté la possibilité d’achats groupés en provenance de pays tiers. Reste à définir les éventuels délais de livraison.

«Pour faire une vraie différence dans notre situation actuelle, la livraison devrait avoir lieu dans les deux à quatre ou cinq prochains mois. Sinon, nous aurons plus qu’assez de vaccins d’une manière ou d’une autre», a déclaré Jens Spahn.

Le 7 avril, le ministre-président bavarois, Markus Söder, a fait savoir qu’en cas d’approbation par l’EMA il pourrait obtenir 2,5 millions de doses de Spoutnik V. La possibilité de sa production a également été évoquée le même jour par le ministre bavarois de la Santé.

L’UE maintient sa stratégie

En réaction aux propos de Jens Spahn, le porte-parole de la Commission européenne a nuancé que cela ne signifiait pas la fin de la stratégie vaccinale européenne car ce sont «des choses complètement différentes».

«Nous avons une stratégie européenne de vaccination qui repose sur des accords avec un certain nombre d’entreprises qui ont été identifiées. Le fait que les États membres décident d’acheter d’autres vaccins est déjà arrivé. C’est le cas de la Hongrie», a-t-il déclaré ce 8 avril lors d’une conférence de presse.

Quels vaccins a acheté l’UE?

Le portefeuille vaccinal de l’Union européenne inclut 600 millions de doses du vaccin de Pfizer/BioNtech, 460 millions de doses de Moderna réparties en deux contrats, 400 millions de doses d’AstraZeneca et 400 millions de doses du vaccin Johnson & Johnson avec un potentiel d’achat de 200 millions de doses supplémentaires.

En plus de cela, la Commission européenne a mené des entretiens exploratoires avec la société franco-autrichienne Valneva avec la possibilité d’acquérir jusqu’à 60 millions de doses et avec l’entreprise américaine Novavax en vue d’en acheter 200 millions.

Enfin, des contrats de livraison ont été conclus entre l’UE et la société franco-britannique Sanofi-GSK pour l’achat de 300 millions de doses de leur vaccin ainsi qu’avec l’entreprise allemande CureVac pour la livraison de 405 millions de doses. L’examen continu du vaccin de cette dernière a été lancé fin février par le Comité des médicaments auprès de l’EMA en vue de son approbation.

Lire aussi:

La Russie annonce répondre à un déploiement massif de troupes de l'Otan à sa frontière
Cas de thrombose: les USA préconisent une pause dans l'utilisation du vaccin de Johnson & Johnson
Des millions de voitures pourraient être prochainement exclues de la circulation dans les grandes villes de France
Tags:
vaccin, Russie, Allemagne, UE, Spoutnik V
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook